Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Si tu aimes quelqu'un

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dreams, hope and reality Index du Forum ->
Fanfictions sur la quadrilogie "Hélène et les Garçons"
-> • » FICTIONS REFERENCEES -> Tout Public -> Fictions maria
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Ven 11 Mai - 11:50 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Titre: Si tu aimes quelqu'un  
Auteur: Maria 
Période: Helene et les garçons 
Disclaimer : Les personnages ne m’appartiennent pas, ils appartiennent à Jean Luc Azoulay. Cette fiction est écrite à but non lucratif.  
  
Chapitre 1 
Matin dans la chambre de filles 
Laly: Mais Johanna, arrête d’être comme ça, tu n’as pas dormi de la nuit. 
Johanna : Tu serais tranquille toi, à ma place? Il n’est pas rentré toute la nuit et il est 7 heures du matin. Je sais que quelque chose de mal va arriver. En plus, j’ai ce pressentiment qui ne me laisse pas. 
Helene ne parlait pas. Elle pouvait très bien imaginer où Christian avait passé la nuit. Ça faisait trois jours maintenant, qu’elle portait ce secret et elle craignait le pire. 
Pouvait-il abandonner Johanna pour Bénédicte? Elle ne voulait pas croire que ce pourrait arriver. Elle avait vécu la relation de Johanna et Christian de près et elle avait plusieurs fois remarqué que, malgré sa fierté et son comportement de macho, Christian aimait Johanna vraiment. Mais alors, pourquoi il la trompait avec Bénédicte? Était-il possible que son amour pour Johanna était fini, juste comme ça?  
Helene avait mal à la tête en pensant et repensant à tout ça, sans pouvoir trouver une réponse ou une explication. Elle se sentait mal pour Johanna et pour Jose à cause de cette double trahison. La sonnerie du téléphone la sortit de ses pensées. Johanna, les mains tremblantes, décrocha aussitôt. 
  
Quelques minutes plus tôt dans la chambre des garçons 
Sébastien sortit du bain et trouva Nicolas assis sur son lit. Il avait l’air pensif et sérieux et il était fatigué.  
Sébastien : Il n’est pas rentré? 
Nicolas : Comme tu peux voir, non. 
Sébastien : Tu t’inquiètes pour lui? 
Nicolas : Je ne sais pas. Je me sens que quelque chose ne va pas. Il a l’air ailleurs ces derniers jours et Johanna l’a remarqué aussi. 
Sébastien : Tu crois que… qu’il y a une autre fille? 
Nicolas : J’ai bien peur que oui. 
Sébastien : Ça serait terrible pour Johanna. Elle l’aime très fort. Je croyais qu’il l’aimait aussi. 
Nicolas : Il l’aime, je sais qu’il l’aime et c’est ça que je ne peux pas comprendre. 
A ce moment, la porte ouvrit et Christian entra dans la chambre. Il était en très bonne humeur. 
Nicolas : Tu étais où? 
Christian : Bonjour à toi, aussi.  
Nicolas : Je t’ai demandé où tu étais. 
Le ton de Nicolas était agressif et Christian commença à s’énerver. 
Christian : Tu sais, Nicolas, tu n’es pas mon père et je ne te dois pas d’explications. 
Sébastien : Christian, on était inquiets. Et Johanna, aussi. Elle nous a appelé plusieurs fois dans la nuit et on ne savait pas quoi lui dire. 
Christian : Vous savez, les copains, Johanna et moi… ce sera bientôt fini. 
Nicolas regarda Christian étonné tandis que Sébastien resta muet face à cette déclaration. 
Nicolas : Tu te rends compte de ce que tu dis? Si c’est une folie, comme la dernière fois, avec Lola Marson… 
Christian : Non, ça n’a rien à voir. C’était une folie, comme tu dis. J’ai jamais aimé cette fille, mais maintenant c’est différent. 
Sébastien : Tu aimes une autre fille? 
Christian : Oui. 
Nicolas : Et tu trompes Johanna avec elle? 
Christian : Justement, j’ai pas envie de continuer comme ça, je ne vais plus tromper Johanna, je vais lui expliquer. 
Nicolas mit sa tête entre ses mains en disant « Je ne peux pas croire ça. Je peux pas le croire. » 
Christian : Mais pourquoi tu dis ça? Ce sont des choses qui arrivent. 
Nicolas : Je sais bien mais toi, tu aimais Johanna comme un fou et tu ne peux pas nier ça. Je te connais très bien. Il y a à peine dix jours que tu m’as collé un poing parce que j’ai parlé sans réfléchir pour elle. Et toutes les fois que tu étais jaloux d’elle… et toutes les fois que tu lui as prouvé ton amour, malgré ton comportement enfantin… 
Christian : Je ne nie pas que je l’aimais, mais c’est … c’est différent. Je veux être avec une autre fille maintenant. C’est fini. 
Sébastien : Et qui est cette fille? Tu l’as rencontrée quand? Tu es tout le temps avec nous. Elle est à la fac? 
Christian : Vous allez bientôt tout savoir. Il faut que je parle à Johanna d’abord et elle, elle va parler à son fiancé. 
Nicolas : Ah, parce qu’elle a un fiancé, en plus! J’espère que vous êtes surs de ce que vous faites parce que vous aller rendre deux personnes malheureux là. 
Christian : Ils vont comprendre. Ce sont des gens intelligents. 
Sébastien : Attends, ne me dis pas que tu connais son fiancé, aussi! 
Christian : C’est bon, arrêtez! Je vais vous dire rien de plus. Ce soir tout sera clair. J’appelle Johanna, maintenant. 
Il décrocha le téléphone tandis que Nicolas et Sébastien se regardèrent inquiets. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 11 Mai - 11:50 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Sam 12 Mai - 09:41 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 2 
Christian attendait Johanna au garage et ce serait faux de dire qu’il ne s’inquiétait pas. Il avait beau se dire qu’elle allait comprendre, mais plus l’heure de la révélation s’approchait, plus il devenait nerveux. Une partie de lui voulait s’enfuir avant qu’elle arrive, mais il se dit qu’il ne fallait pas perdre son courage maintenant. Il avait pris sa décision. Après tout, Johanna était une fille intelligente, elle allait comprendre, peut-être pas au début, mais avec le temps… 
Elle ouvrit la porte et il était choqué pour quelques secondes par la pâleur de son visage. Comme elle savait ce qu’il allait lui dire. Elle s’appuya sur la porte qu’elle avait fermée derrière elle et le regarda sans parler. Il ne put pas s’empêcher de se lever et aller vers elle. 
Christian : Johanna, ça va pas, tu es malade? 
Johanna : Non, je ne suis pas malade, mais effectivement, ça va pas. Je sais très bien que ce que tu vas m’annoncer n’est pas une bonne nouvelle, alors dis-moi vite. 
Christian : Assieds-toi. 
Johanna exécuta et il vit qu’elle tremblait. Il était peiné de la voir comme ça. L’idée qu’il allait lui faire du mal l’envahit de la panique. Il a eu une sensation bizarre,  soudain il ne voulait pas continuer. « Il faut trouver le courage. » il se dit. «Ma décision est prise, je fais ce que je dois faire. » 
Johanna : Alors? 
Christian : Johanna, tu sais… c’est pas facile pour moi, mais … 
Il stoppa. C’était beaucoup plus dur qu’il croyait finalement. 
Johanna : C’est qui? 
Christian : De quoi tu parles? 
Johanna : Christian, c’est un vrai martyr pour moi, ce moment. Je sais très bien qu’il y a une autre fille. Je le sens, je le vois. Alors, c’est qui? 
Il baissa les yeux. Il ressentait de l’honte envers cette femme qui l’aimait si entièrement, qui lui avait donné son cœur sans scrupule.  
Christian : C’est pas ça le plus important, mais je vais te dire après. Maintenant, je veux te dire que je suis vraiment désolé Johanna. Je t’ai aimée sincèrement mais… 
Johanna : Tu m’as aimée! Et pourquoi tu ne m’aimes plus? Je n’étais pas suffisante pour toi?  
Les larmes coulaient sur ses joues sans qu’elle puisse les retenir. Il lui prit la main. 
Christian : Ne dis pas ça. Tu es une fille géniale. C’est la vie tout simplement. Je ne voulais pas te blesser. J’espère qu’un jour tu comprendras et tu me pardonneras. 
Johanna : C’est la vie! Comme c’est simple de dire ça! Tu sais, Christian, vraiment je ne peux pas comprendre. Nous deux c’était… c’était différent, c’était unique. Même avec ton caractère de cochon, j'ai toujours su que tu m’aimais et maintenant tu me dis que juste comme ça, d’un jour à l’autre, tu aimes une autre fille.  
Christian : Johanna, … toi et moi, on n’est pas faits pour être ensemble. Nous sommes trop différents, tu le sais.  
Johanna : Oui, c’est ça que tu dis à toi-même pour te justifier.  
Christian : Comment t’expliquer, ça s’est arrivé sans que je … c’est …, enfin, c’était… 
Johanna : Ne te fatigue pas. De toute façon, ta décision est prise et tes explications ne vont pas me faire sentir mieux.  
Il pouvait lire la peine profonde dans ses yeux, elle tremblait encore, son visage était mouillé de larmes et sa voix était craquée. Ça lui faisait de la peine, tant de peine… Il ressentit la besoin de la prendre dans ses bras et il tendit instinctivement sa main vers elle. A ce moment elle se retourna vers lui. 
Johanna : Alors, c’est qui, cette fille? Où tu l’as rencontrée? 
Christian : Je la connaissais. 
Johanna : Elle est de Toulouse? Tu étais avec elle avant et tu l’as jamais oubliée, c’est ça? 
Christian : Non, elle n’est pas de Toulouse et je n’étais pas avec elle avant. J’avais pas de relations sérieuses avant toi. En fait… tu la connais. 
Elle le fixa surprise, attendant la suite. Il baissa les yeux. 
Christian : C’est Bénédicte. 
Cette révélation était comme une seconde coup de poignard pour Johanna, une qu’elle n’attendait pas. Elle resta muette sous le choc, tandis qu’un mot se répétait dans sa tête : trahison 
Quand elle retrouva sa voix, elle se rendit compte qu’elle était si peinée qu’elle ne pouvait même pas se mettre en colère. Elle voulait lui hurler dessus, l’insulter, le gifler, mais elle n’avait pas la force. 
Johanna : Tu as couché avec une amie, avec mon amie? Et elle, elle m’a fait ça? Comment elle a pu?  
Sa douleur se faisait ressentir dans ses mots, dans sa voix. Christian ressentit des larmes qui lui montaient aux yeux.  
Christian : Johanna… 
Il toucha sa main, mais elle la retira brusquement. 
Johanna : Ne dis rien. 
Elle se leva et quitta le garage ne sachant pas vraiment où elle allait. Christian resta là, regardant la porte fermée et quelques secondes après il entendit le cri de douleur de Johanna et les sanglots qu’elle ne pouvait plus étouffer. Sans réfléchir, il se leva pour la rattraper, mais en arrivant derrière la porte il se dit qu’il n’avait plus le droit. Il frappa son poing violemment contre la porte et s’assit sur le canapé, la tête entre ses mains. Il devait être soulagé. Il lui avait parlé. Mais il était trop bouleversé pour sentir du soulagement. « Ça  va aller mieux. Elle va comprendre et elle n’est pas rancunière. Je vais annoncer à Bénédicte que maintenant, on est libres d’être ensemble. Elle va parler à Jose aussi et tout ira bien. C’est une mauvaise passe, c’est tout. Après, on pourra vivre enfin notre amour au grand jour.»  


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Mer 16 Mai - 18:16 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 3 
Jose regardait Bénédicte stupéfait, trop choqué pour dire quoi que ce soit. Il se croyait dans un mauvais rêve. Ça ne pourrait pas être possible. Bénédicte n’aurait jamais fait ça. Elle ne le tromperait pas avec un de ses amis. Et Christian… Pendant plus qu’un an, Christian et lui se rencontraient tous les jours. Ils étaient amis comme avec Nicolas et Sébastien. Ils partageaient leurs secrets, leurs peurs, leurs rêves. Ils jouaient de la musique pendant des heures. Les quatre garçons, avec les filles, formaient un peu d’une tribu. Ils passaient des heures ensemble à s’amuser, à discuter, simplement à être amis. Amitié! Un grand mot, un grand principe que Christian venait de démolir.  
Jose : Dis-moi que c’est pas vrai, s’il te plait. 
Bénédicte : Je suis désolée Jose. Je t’aimais, mais tu sais toi-même que je ne pouvais pas te faire confiance. Je ne t’en veux pas et je ne dis pas que c’est de ta faute. Pas du tout. Mais je suis tombée amoureuse de Christian et je veux continuer avec lui.  
Jose ressentit la colère monter en lui. 
Jose : Comment est-ce que tu as pu me faire ça ? Je sais je n’étais pas un saint, mais je ne pouvais jamais imaginer te tromper avec une de tes amies. Et en plus, comment as-tu fait ça à Johanna? 
Bénédicte : J’ai du mal pour Johanna, c’est une fille géniale, je ne voulais jamais lui faire ça, mais Christian et moi… 
Jose : Christian et toi! Christian et toi! Mon ami, Christian! Le fiancé de ton amie, Johanna! Franchement, Bénédicte, je ne croyais jamais que je te dirais ça un jour, mais tu me dégoûtes! Quant à lui, j’espère qu’il ne va jamais croiser mon chemin. 
Bénédicte pleurait et essaya de dire quelque chose, mais Jose l’empêcha. 
Jose : Je t’aimais sincèrement. Je pourrais comprendre que tu me trompes, même si ça me ferait énormément de la peine. Je crois que je te pardonnerais même. Mais ça non! Je ne veux plus jamais te voir. 
Il quitta la maison de Bénédicte et elle s’écroula sur le canapé en pleurant. 
  
Dans la chambre des filles 
Laly : Mais Hélène! Arrête de t’inquiéter comme ça. Peut-être c’est rien. Un mauvais pressentiment ne veut rien dire. Johanna aime Christian trop et elle fait de mauvaises idées, c’est tout. 
Hélène : Non, Laly, j’ai peur que c’est beaucoup plus grave que ça. Peut-être je devrais aller la trouver.  
Laly : Mais où tu vas aller? Elle est avec Christian, n’est-pas? 
Hélène : Peut-être elle a quitté le garage déjà, ça fait plus de deux heures qu’elle est partie. J’y vais. 
Laly : Attends, je viens avec toi. 
Elles descendirent les escaliers et sortirent du bâtiment et là, ils virent Johanna. Elle était assise à côté de la porte, le dos au mur et elle pleurait. Elle était trempée par la pluie qui tombait sans cesse mais elle ne semblait pas avoir remarqué ou ressenti ça.   
Laly : Mon Dieu!  
Hélène : Johanna! Viens m’aider, Laly! 
Ils soulevèrent Johanna presque par force et l’obligèrent à entrer dans le bâtiment. Elles se rentrèrent dans la chambre. Pendant tout ce temps, Johanna n’avait rien dit. Elle se laissa faire tandis que les filles lui retirèrent les vêtements complètement mouillés et la mirent dans la baignoire remplie de l’eau chaude. Une fois là, elle se laissa aller et pleura à nouveau.  
Les filles ne savaient ni quoi faire, ni quoi dire. Laly essaya de demander mais Hélène lui fit signe de rien dire. Les deux filles aidèrent Johanna se mettre dans son lit où elle s’endormit épuisée par ses larmes. Son sommeil était agité et souvent elle pleurait dans son sommeil sous les yeux inquiets de ses deux amies. Elle se réveilla tard dans l’après-midi.  


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Jeu 24 Mai - 17:56 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 4 
Sébastien et Nicolas sursautèrent quand des coups violents s’entendirent sur la porte de leur chambre.  
Sébastien : Mais, qu’est-ce qui se passe?  
Nicolas ouvrit la porte et se trouva devant un Jose enragé.  
Nicolas : Mais Jose, tu es fou? Pourquoi tu frappes comme ça ? Tu veux démolir la porte? 
Jose : Je m’en fous de la porte. Tu crois que je peux penser à ça maintenant? 
Sébastien : Tu as un problème? Qu’est-ce qu’il y a? 
Jose : Oui, faites comme si vous ne saviez pas! 
Nicolas : De quoi tu parles?  
Jose : Il n’est pas là? Je vais le tuer! Je vous jure, si je le trouve, je vais le tuer! 
Nicolas : Jose, calme-toi et dis-nous ce qui se passe. 
Jose : Que je me calme! Que je me calme! Je vais le tuer je vous dis. 
Sébastien : Mais qui? 
Jose : Christian! 
Nicolas : Christian? Mais il t’a fait quoi? 
Jose regarda les deux garçons. 
Jose : C’est vrai que vous n’êtes pas au courant? 
Sébastien : Je te jure que non. Allez, assieds-toi et explique-nous. 
Jose se calma un peu. Soudain il semblait plus triste qu’en colère. Il se laissa tomber sur le lit de Nicolas et il mit sa tête entre ses mains. Sébastien s’inquiéta. Il n’avait jamais vu Jose comme ça toutes ces années qu’ils se connaissaient. Il s’assit près de lui et mit sa main sur son épaule. 
Sébastien : Parle-nous. Nous sommes tes amis. 
Jose détacha les mains de sa tête et regarda Nicolas et Sébastien. Ces yeux étaient rouges maintenant et Nicolas vit la déception dans son regard. Un soupçon terrible traversa son esprit et il pâlit aussitôt. « Non, c’est pas possible. » il se dit. 
Jose : Mes amis… aujourd’hui j’ai perdu un ami et pas seulement.  
Les mots de Jose n’aidèrent guère Nicolas pour se sentir mieux. Son soupçon devint plus fort malgré ses efforts de se convaincre que ça ne pourrait pas être comme ça. Il respira profondément avant de s’adresser à Jose. 
Nicolas : Jose, dis-nous s’il te plait. 
Jose : Bénédicte m’a annoncé qu’elle me quitte. Elle est tombée amoureuse d’un autre… 
Sébastien : Oh, non! Je suis désolé Jose. Mais peut-être que tout n’est pas perdu. Tu sais quelquefois… 
Nicolas : Sébastien, laisse-le finir! 
Jose : Tu as bien compris Nicolas.  Oui, c’est Christian. 
Nicolas se laissa tomber à son tour sur le lit. « Je n’y crois pas. » il dit seulement et répéta cette phrase dans un effort de nier la réalité.  
Sébastien : C’est Christian, quoi? Expliquez-moi… vous ne voulez pas dire que… non, c’est pas possible! Mon Dieu! Dites-moi que j’ai pas bien compris! 
Le silence des autres fut sa réponse.  
Sébastien : Ce n’est pas possible! Tu dois faire une erreur. 
Jose : Il n’y a pas d’erreur. Elle m’a dit elle-même. Ils s’aiment, elle dit.  
Nicolas : Je ne sais pas quoi dire. Je suis très surpris et sincèrement désolé, Jose. Mais je crois que c’est mieux que tu ne voies pas Christian maintenant.  
Sébastien : Oui, c’est vrai. On va se promener Jose. On y va! 
Avec difficulté, il persuada Jose de partir avec lui.  
  
Christian passa encore un peu de temps au garage après le départ de Johanna. Les images de cette rencontre douloureuse n’arrêtaient pas de le torturer. « Je ne voulais pas lui faire de la peine, je voulais être honnête avec elle, je ne pouvais pas continuer comme ça. C’est mieux pour tout le monde ainsi. » il se répéta, mais il voyait encore et encore la déception dans les yeux de Johanna, il réentendait ses paroles avant qu’elle parte et ses sanglots derrière la porte fermée, et son cœur était serré. Il voulait être capable de faire quelque chose pour lui enlever la peine. Il voulait aller la trouver pour lui dire qu’il ne supportait pas la voir comme ça …  
« Mais qu’est-ce que je dis, là? Je suis vraiment bouleversé mais ça  va passer. J’aime Bénédicte maintenant et c’est le plus important. » 
Il alla voir Bénédicte pour lui annoncer sa rupture avec Johanna et demander comment ça était allé avec Jose. Il la trouva dans un sale état. Elle pleurait beaucoup et Christian savait qu’il devait la consoler, mais il ne pouvait pas trouver les mots. Bénédicte lui raconta la réaction de Jose et Christian se sentit encore plus coupable. « Mais qu’est-ce que je croyais? Que Jose accepterait ça facilement et qu’on pourrait rester amis? » 
Bénédicte se jeta dans ses bras et il essaya tant bien que mal de lui dire que c’était trop tôt et que Jose avait besoin du temps pour digérer la nouvelle.  
Bénédicte : Et Johanna? Tu lui as parlé? 
Christian : Johanna… bon, c’était pas facile pour elle, non plus. 
Bénédicte : Elle doit m’en vouloir beaucoup. 
Christian : Oui, et elle m’en veut aussi. Elle est déçue et en colère comme Jose.  
Bénédicte : Tu crois qu’ils vont comprendre et nous pardonner un jour? 
Christian soupira. Après sa rencontre avec Johanna plus tôt, il n’était pas si sur. « J’espère. » il dit sans être très convaincant.  
Bénédicte : Tu sais, malgré tout, je me sens soulagée. C’était pas bien de continuer leur mentir. Ils ne méritaient pas ça. Tu avais raison. On a fait ce qu’on devait. Ils sont peinés maintenant mais c’est mieux que la tromperie. La vérité, c’est toujours la meilleure solution. Et je t’aime, j’en suis sure, je ne voulais pas continuer comme ça.  
Christian sourit à Bénédicte et essaya d’ignorer cette douleur au fond de lui. « Ça va aller mieux demain. » il pensa.  
Christian : Je t’aime aussi. Tu as raison mon bébé. 
Elle se blottit contre lui et il se dit qu’il devait être heureux.  
Bénédicte : Tu vas rester avec moi, ce soir?  
Christian : Je dois aller voir Nicolas et Sébastien pour leur expliquer. Tu comprends, n’est-ce pas? 
Bénédicte : Bien sur, tu as raison. Après tout, on a tout notre temps maintenant. On n’est pas obligés de se cacher ou de chercher du temps pour un rendez-vous secret. 
Christian : Oui, c’est vrai. Alors, j’y vais. 
Il partit après avoir embrassé Bénédicte rapidement.  


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Ven 1 Juin - 17:29 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 5 
Christian entra dans la chambre et y trouva Nicolas qui lui lança un regard noir. 
Nicolas : Tu es rentré! J’espère que tu t’es bien amusé! 
Christian : Pourquoi tu me parles comme ça ? Je sais, je suis en retard et on a pas pu répéter aujourd’hui mais je vais vous expliquer. 
Nicolas : Ne te fatigue pas! On est au courant. En fait, tu as de la chance. Si tu étais là un peu plus tôt, Jose t’aurait tué!  
Christian baissa la tête. 
Christian : Je vois. Alors, vous savez tout. 
Nicolas : Oui, on sait tout. Mais tu pensais à quoi exactement Christian? Tu as piqué la femme d’un ami! Mais pourquoi je te demande? Tu n’as pas pensé du tout, n’est-ce pas? 
Christian : …. 
Nicolas : Dis quelque chose! Tu es mon meilleur ami, mais Jose est un ami aussi. Je veux te comprendre, mais c’est difficile, Christian!  
Christian : C’est vrai que… je croyais que vous comprendriez mais je vois que c’est plus difficile que je pensais, effectivement. Mais avec le temps… 
Nicolas : Avec le temps quoi? Tu crois que Jose va te pardonner? Qu’on va redevenir comme avant? Détrompe-toi Christian! Il est furieux et surtout blessé.  
Christian ne dit rien et s’assit sur son lit. Nicolas se calma un peu en le voyant comme ça. 
Nicolas : Et Johanna? Tu lui as parlé? 
Le regard de Christian devint encore plus triste.  
Christian : Oui, elle… elle est un peu bouleversée je crois. 
Nicolas : Un peu bouleversée! Tu te rends compte de la peine que tu lui as fait Christian?  
Christian : Bon, que veux-tu que je te dise? Elle était dévastée tu es content? 
Nicolas : Bien sur que non! Elle est mon amie. Mais tu es mon ami aussi, je veux te soutenir et je te jure c’est difficile Christian, très difficile. 
Christian soupira. « Je sais. C’est difficile. » il dit avant d’entrer dans la salle de bains. 
  
Une heure après, à la cafète 
Hélène : Excuse-moi, je suis en retard. 
Nicolas : C’est pas grave. Comment va Johanna? 
Hélène : Tu sais tout? 
Nicolas : Oui, Jose est venu chez nous hors de lui. Heureusement, Christian n’était pas encore rentré. Alors, elle est comment Johanna? 
Hélène : Elle m’a fait peur. On l’a trouvée avec Laly en larmes en bas de notre bâtiment. Elle était trempée par la pluie mais elle ne s’était pas rendu compte.  Après, elle a dormi pour beaucoup d’heures. Elle s’est réveillée dans l’après-midi, mais elle ne parle presque pas. Elle nous a dit très brièvement que Christian la quittait pour Bénédicte, et c’est tout. 
Nicolas : La pauvre. Je m’en doutais qu’elle serait dans cet état. Elle l’aimait vraiment son cricri. 
Hélène : Je croyais qu’il l’aimait aussi. 
Nicolas : Moi, j’en étais sur. Je ne peux pas expliquer son rapprochement à Bénédicte. Je sais que ce sont des choses qui arrivent, j’essaye de comprendre, mais… 
Hélène : Mais, Bénédicte était la fiancée d’un ami et l’amie de sa fiancée. Mon Dieu, c’est horrible. Comment c’est possible de tomber amoureux d’une fille sous des circonstances pareilles? Et elle? Je peux comprendre qu’elle était peut-être malheureuse avec Jose, mais pourquoi avec Christian? … Bon, peut-être je dis des bêtises, l’amour ne se calcule pas mais… 
Nicolas : Non, tu ne dis pas de bêtises. Je me pose les mêmes questions. 
Hélène : Tu crois que Jose va se calmer? 
Nicolas : Tu veux que je te dise la vérité? Non. Il va digérer la nouvelle avec le temps, mais je ne crois pas qu’il va comprendre et pardonner si facilement. Et je ne peux pas le blâmer. Je ne pourrais non plus à sa place.  
Hélène : Et le groupe? 
Nicolas : Je ne sais pas, sincèrement, je ne sais pas quoi penser à ce moment. 
Nicolas soupira et Hélène lui prit la main. Il la serra dans la sienne. 


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 20:12 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 6 
Hélène : Allez, Johanna, mange quelque chose. Tu n’as rien mangé hier soir. 
Johanna : Je peux rien avaler Hélène. 
Laly : Mais je suis allée acheter des croissants pour toi. Je me suis levée très tôt, tu sais que c’est un sacrifice pour moi. S’il te plait mange un peu, juste pour me faire plaisir. 
Johanna sourit tristement. 
Johanna : Je suis désolée, ma Laly, tu es si gentille, mais je ne peux pas, vraiment.  
Elle s’allongea sur son lit à nouveau et se couvrit avec la couette.  
Hélène : Johanna, il faut qu’on aille au cours. 
Johanna : Pas aujourd’hui. Je veux rester ici.  
Laly et Hélène échangèrent un regard.  
Laly : Bon, je reste avec toi. Le cours de ce matin n’est pas si passionnant que ça. 
Johanna : Je voudrais rester seule les filles. Ne vous inquiétez pas, je veux juste me calmer un peu. J’ai pas la force de sortir. Pas aujourd’hui. Je vais dormir.  
Laly s’apprêta de dire quelque chose, mais Hélène la stoppa avec une geste de la main. 
Hélène : D’accord, mais tu viens manger avec nous le midi. 
Johanna : Pas aujourd’hui, Hélène.  
Elle ferma les yeux et les deux filles comprirent qu’elles ne pouvaient rien faire de plus. Elles quittèrent la chambre, toutes les deux tristes et inquiètes.  
Johanna resta au lit pour quelques heures. Elle pleura beaucoup en pensant à ses beaux moments avec Christian. Elle finit par s’endormir.  
  
Après-midi, à la cafète 
Laly : Alors? 
Hélène : Ça va, elle dort. Je ne l’ai pas réveillée. Elle semble épuisée. 
Sébastien : Vous croyez que c’est bien qu’elle reste seule? 
Hélène : Elle en avait besoin. On va pas tarder de rentrer. Je vais lui apporter quelque chose à manger et cette fois je vais insister.  
Nicolas ne parlait pas, il écoutait les filles et Sébastien parler avec une expression pensive. 
Hélène : Nicolas, ça va pas? 
Nicolas : Si, si ça va, c’est juste que… je voudrais que rien de ça n'ait pas eu lieu. 
A ce moment Christian et Bénédicte entrèrent dans la cafète. Ils se dirigèrent aux autres avec beaucoup d’hésitation.  
Bénédicte : Bonjour les filles. 
Hélène et Laly : Bonjour. 
Les filles détournèrent leur regard de Bénédicte. Un silence suivit et Sébastien se décida. 
Sébastien : Asseyez-vous. En restant comme ça, on va pas améliorer les choses. 
Bénédicte : Vous devez me haïr, mais je voudrais quand-même vous expliquer... 
Laly : Tu crois que tu peux expliquer ça, vraiment? Alors, peut-être tu peux l’expliquer à Johanna aussi, comment tu as piqué son petit ami.  
Christian : Laly… 
Laly : Quoi Laly? C’est un fait qui ne change pas, ça, Christian! Et toi! Tu disais que tu l’aimais et tu la trompes avec une de ses amies. Tu l’as fait souffrir beaucoup de fois avec ton comportement d’enfant, tes râles, ta fierté, tes théories débiles, mais elle souriait toujours et ne montrait rien, tu sais pourquoi? Parce qu’elle t’aimait! Et malgré tout, elle savait que tu l’aimais aussi. Et maintenant tu la blesses en lui faisant le pire de tout.  
Sébastien : Laly, je crois que tu dois te calmer, ma chérie.  
Christian baissa les yeux et une larme coula sur la joue de Bénédicte. Hélène qui n’avait pas parlé encore regarda Bénédicte et Christian dans les yeux avant de se décider. 
Hélène : Vous êtes mes amis et j’essaye toujours de ne pas juger mes amis. J’essaye de comprendre, mais je ne vous cache pas que cette fois c’est très dur, parce que Johanna est très importante pour moi. J’ai besoin du temps pour réfléchir et accepter cette situation, si j’y arrive finalement. J’espère que vous comprenez. 
Bénédicte : Bien sur. Merci Hélène. 
Christian prit son courage à deux mains pour parler et poser la question qui lui brulait les lèvres. 
Christian : Johanna, elle est comment? 
Hélène : Je ne vais pas te mentir, Christian. Elle va très mal. 
Christian soupira. Bénédicte pleurait à nouveau en cherchant sa main pour qu’il la réconforte, mais il n’a presque pas fait attention. 
  
Chambre des filles 
Quand Johanna se réveilla, il était 3 heures de l’après-midi. Elle se leva du lit avec difficulté et se dirigea vers la salle de bains. Elle se regarda dans le miroir. Elle avait l’impression qu’elle avait vieilli dans quelques heures, que toutes ses forces l’avaient abandonnée. Elle prit une douche pour se sentir mieux, mais rien à faire, elle continuait à pleurer.  
Elle rentra dans la chambre et ouvrit son tiroir. Elle prit les photos de Christian qu’elle gardait là. Elle commença à les regarder une par une et les mettre dans une boite. Très vite elle voyait moins clair à cause de ses larmes, mais elle continua jusqu'à la fin. Elle fit le même avec les photos qu’elle avait sur le mur. Elle mit la boite sous son lit et s’allongea à nouveau. Elle pouvait ressentir le mal dans son cœur, c’était un mal réel qui l’empêchait de respirer normalement. Elle ferma les yeux pour ne voir pas la réalité mais le vide qu’elle se sentait en elle revint encore plus sombre et encore plus grand… 



 


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Dim 1 Juil - 20:13 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 7 
Trois jours plus tard 
Nicolas était assis sur le canapé du garage et regardait Christian qui était en train de régler sa batterie. 
Nicolas : Christian, ça va? 
Christian ne répondit pas. Ses mains travaillaient sur sa batterie sans vraiment faire attention à ce qu’il faisait. Il avait la tête lourde. Il n’avait pas bien dormi la nuit précédente et c’était le même les deux nuits avant ça. Chaque fois qu’il fermait les yeux, il voyait Johanna et les remords étaient si forts qu’ils le gardaient éveillé pendant des heures. Et quand il réussissait à dormir, ses rêves étaient si compliqués avec les images de Johanna et de ses amis qu’il se réveillait encore plus fatigué qu’avant de dormir.  
Nicolas : Christian! Tu m’entends? 
Christian : Quoi, tu m’as parlé? 
Nicolas : Tu ne vas pas bien, hein? 
Christian : Pourquoi tu dis ça ? 
Nicolas : Je peux le voir. Tu sais Christian, si tu veux me parler… 
Christian : Ne t’inquiète pas, tout va bien. Sinon, tu crois que Sébastien va trouver Jose? 
Nicolas : J’en sais rien. Et je m’inquiète. Il a disparu sans trace.  
Sébastien entra. Il avait l’air frustré. 
Nicolas : Alors?  
Sébastien : Rien. J’ai téléphoné à tous nos amis communs, j’ai appelé sa famille, je l’ai cherché partout, je ne sais plus quoi faire. 
Christian : C’est simple, il ne veut plus me voir, je le dégoute.  
Son ton était triste. Comment avait-t-il pensé que les autres pourraient comprendre? « Mais qu’est-ce que je croyais? » il se demanda. 
Sébastien : Il ne peut pas disparaitre comme ça quand même. 
A ce moment, la porte du garage ouvrit sur Jose. Il dit bonjour à Nicolas et Sébastien et sans faire attention à Christian, comme s’il n’était pas là, il se dirigea vers son synthé. 
Nicolas : Jose, on était morts d’inquiétude. Tu étais où? 
Jose : Pas de raison, j’avais besoin de réfléchir un peu. 
Il commença à désassembler son synthé.  
Sébastien : Mais tu fais quoi? 
Jose regarda les deux garçons et après Christian qui baissa les yeux à ce regard.  
Jose : Je pars. Je suis désolé, Nicolas, mais tu comprends que je peux pas rester ici. J’ai déjà trouvé un autre groupe.  
Personne n’osa dire quoi que ce soit.  
Sébastien : Mais, Jose, tu es notre ami, on ne veut pas te perdre. 
Jose : On est toujours amis Sébastien, mais ça  ne peut pas être comme avant et tu le sais très bien. C’est pas de ta faute ni de la faute de Nicolas, mais c’est comme ça.  
Christian : Jose… 
Jose se tourna et regarda Christian qui aussitôt perdit son courage et arrêta sa phrase. 
Jose : Le premier jour, je voudrais te mettre un poing mais tu sais, je me suis aperçu que ça ne vaut pas la peine de perdre mon temps pour des personnes comme toi. 
Christian respira profondément essayant de surmonter la peine que les paroles de Jose lui avaient faite. 
Christian : Ne pars pas. Je peux partir si tu veux. C’est plus juste. Vous trouverez un autre batteur. 
Nicolas : Christian… 
Jose : C’est pas nécessaire. D’ailleurs, je quitte Paris. On m’a proposé de jouer pour un group à Nice. Je pars ce soir. C’est mieux comme ça, mieux pour moi. 
Il s’approcha de Sébastien et Nicolas et les prit dans ses bras. 
Jose : Vous allez me manquer. 
Nicolas : Jose, attends, ne pars pas comme ça. Ne quitte pas Paris si vite. 
Jose : Ma décision est prise. C’était un plaisir de t’avoir connu Nicolas et je vais jamais t’oublier, ni toi, ni les moments dans ce garage. J’espère qu’un jour, on pourra jouer ensemble à nouveau. Peut-être un jour vous pourrez venir me voir. 
Sébastien : Je peux rien faire pour te retenir? 
Jose : Non, rien. Embrassez vos femmes et Johanna pour moi. 
Il partit vite après avoir regardé encore une fois le garage et les garçons. Il savait qu’il n’allait jamais oublier cette partie de sa vie. Mais il faudrait avancer. Il ferma la porte derrière lui, il respira un bon coup, et essuya une larme avant de prendre son chemin pour une nouvelle vie.  


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Mer 8 Aoû - 09:17 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 8 
Laly : Mais, Hélène, tu étais où? 
Hélène : J’ai vu Jose. 
Laly : Ah, bon, tu l’as trouvé, j’avais commencé à m’inquiéter sérieusement pour lui. 
Johanna : Il va comment? 
Hélène soupira et regarda Johanna avant de parler.  
Hélène : Il voulait me dire au revoir. Il part. Il quitte Paris. 
Laly : Comment ça, il quitte Paris? 
Hélène : Il va jouer dans un autre groupe de musique à Nice. Il prend le train ce soir. Il m’a dit de vous embrasser et il vous demande pardon, mais il ne pouvait pas vous voir aussi. Il était assez mal comme ça. 
Laly : Mais il ne peut pas tout quitter comme ça, pour une femme!  
Elle se mordit les lèvres après avoir prononcé cette phrase, mais c’était déjà tard. Johanna avait entendu. 
Johanna : Ne t’inquiète pas Laly. Tu peux parler comme tu veux devant moi. Remarque, moi, je comprends la réaction de Jose. En fait, je voudrais faire la même chose. 
Hélène : Non, Johanna, s’il te plait, ne pars pas! Je veux pas perdre ma meilleure amie.  
Johanna : Je peux pas partir. Pas encore, en tous cas. Mes parents ne veulent pas l’entendre. Ils m’ont dit qu’il est hors de question que je quitte mes études. Alors, j’attends la fin de cette année scolaire. 
Laly : Mais tu ne vas pas partir même après ça, n’est-ce pas? Tu ne vas pas nous quitter ma Johanna? 
Johanna : Je sais pas Laly. Je peux pas faire de projets en ce moment. Tout ce que je sais, c’est que c’est tellement difficile de continuer vivre ici et voir Christian filer le parfait amour avec Bénédicte. Chaque fois que je sors, j’ai peur que je vais les voir ensemble et c’est dur, très dur… 
Sa voix s’étouffa en sanglots et Hélène se précipita à son côté pour la consoler. Johanna se jeta dans les bras d’Hélène et continua à pleurer silencieusement tandis que Laly essuyait aussi ses larmes de tristesse et de frustration se sentant incapable de dire quoi que ce soit. 
  
Dix jours après 
La vie avait repris son cours. Un ami de Christian, Christophe, qui avait déménagé à Paris quelques jours avant, avait pris la place de Jose dans le groupe et les répétitions continuaient sans problème. Christian était de plus en plus perdu dans ses pensées, ce qui n’échappait pas l’attention de Nicolas, mais il voyait que Christian ne voulait pas en parler. Il finit par se dire que Christian se sentait coupable du départ de Jose.  
Après quelques jours d’absence, Johanna se retourna à la fac et faisait attention de ne pas croiser Christian. Elle évitait la cafète les heures qu’elle savait qu’il pourrait être là, mais elle savait qu’un jour ou l’autre elle devait bien le rencontrer. Laly et Hélène visitaient toujours les garçons au garage, mais l’ambiance était encore un peu froide. Christian se sentait mal à l’aise devant elles. Hélène essayait d’être gentille avec lui, elle se rappelait qu’il était son ami, mais Laly lui adressait la parole à peine pour ne pas faire de mal à Sébastien. Tout le monde ressentait l’absence de Johanna et pensait en secret à sa façon de se jeter sur Christian pour l’embrasser et lui dire qu’il lui avait manqué et qu’elle l’aime. Même Christian. Surtout Christian. 
Bénédicte, au début un peu hésitante, avait recommencé ses visites au garage pour voir Christian. Nicolas et Sébastien faisait mine de rien quand elle venait. Ça se servait à rien de continuer à parler des choses qui faisaient mal. Ils devaient accepter la situation. 
Un jour, Johanna alla à la cafète pour prendre quelque chose à manger et boire un café en recopiant ses notes. Elle ne vit pas Christian qui entra avec Bénédicte. Celle-ci était passée le prendre du garage après la répétition et lui avait demandé de prendre un verre avec elle.  
Le couple s’installa à une table pas très loin mais ils n’ont pas vu Johanna, eux non plus.  
Bénédicte : Je suis si contente que tu aies un peu de temps pour un verre avec moi. Je ne te vois pas assez. Tu me manques. 
Christian : Je suis désolé, tu sais, entre les répétitions et les études, j'ai pas beaucoup de temps, et après le départ de Jose, c’était pas évident.  
Bénédicte : Oui, je comprends, c’est triste d’ailleurs qu’il soit parti. 
Christian : Je sais, je me sens coupable. 
Bénédicte : Moi aussi, mais je le comprends. On lui a fait beaucoup de mal. 
Christian ne répondit pas. Il pensa encore à Johanna.  
Bénédicte : Tu sais, je pensais que maintenant que Christophe est venu et tout va un peu mieux, on pourrait partir pour quelques jours tous les deux. 
Christian : Partir? 
Bénédicte : Oui, on pourrait aller en vacances au bord de la mer. Ça va nous faire du bien. Et je veux passer un peu de temps seule avec toi. 
Elle sourit, elle prit la main de Christian et elle s’approcha de lui pour l’embrasser sur les lèvres. Et c’est à ce moment-là que Johanna les vit. Elle pâlit en les voyant s’embrasser et ressentit une douleur intense au fond d’elle. Sa respiration devint difficile. Elle voudrait s’enfuir de cet endroit le plus vite possible pour ne plus les voir. 
Ses mains tremblaient et ses livres tombèrent par terre quand elle se dirigea vers l’exit et le bruit fit Bénédicte et Christian l’apercevoir. Christian se figea pour un moment incapable de bouger. Il la regarda essayer de ramasser ses livres et pouvait dire que ses yeux étaient pleins de larmes, même s’il ne pouvait pas voir son visage très bien. Après, presque sans penser, il se leva et s’approcha d’elle. 
Christian : Johanna… 
Johanna ne dit rien et continua à ramasser ses livres. Christian remarqua que ses mains tremblaient. 
Christian : Laisse-moi t’aider. 
Johanna : Non, c’est pas la peine. Je veux rien de toi. 
Christian : Johanna, je voudrais te parler, s’il te plait. 
Johanna : Mais moi, je veux pas.  
Bénédicte s’approcha à ce moment. « Bonjour, Johanna. », elle dit d’une voix hésitante. Johanna la regarda et sa fierté prit le dessus « Bonjour Bénédicte. » elle répondit d’une voix très froide. 
Bénédicte : Tu sais, ça fait quelques jours que je voulais te voir, te parler, t’expliquer… 
Johanna : Je veux que tu m’expliques rien. J’ai pas besoin de tes explications. 
Bénédicte : Mais… s’il te plait, Johanna. Je voudrais vraiment te parler. On était amies et … 
Johanna : Oui, c’est ça ! On était amies. On ne l’est plus.  
Christian : Johanna, laisse-moi … 
Johanna : Ne dis rien, Christian. Tu m’as dit tout que tu avais à me dire.  
Le ton de sa voix montrait sa douleur et Christian ressentit encore une fois cette sensation étrange, cette besoin de la consoler, de la prendre dans ses bras et lui essuyer les larmes… mais il n’avait plus le droit. Johanna lui jeta un regard très triste et partit aussitôt. 
  
Deux heures plus tard, dans la chambre des filles 
Johanna était seule dans la chambre. Elle était rentrée de la cafète après sa rencontre avec Christian et Bénédicte et avait pleuré depuis ce moment. Elle voyait et revoyait Christian et Bénédicte s’embrasser. C’était comme un cauchemar. Tous les derniers jours ressemblaient à un cauchemar. Comment est-ce qu’elle allait réussir à oublier? A continuer à vivre si près de lui, le voir avec une autre fille, une fille qu’elle considérait comme une amie jusqu'à il y a quelques jours?  
« Je dois faire quelque chose, je peux pas continuer comme ça. A la fin de l’année scolaire, je vais partir. Entre temps, j’ai pas le choix,  je vais serrer les dents et éviter les croiser autant que je peux. Mon Dieu, comme c’est dur. Et comment vais-je l’éviter à la fac? » 
A ce moment, elle entendit un bruit, comme si quelqu’un frappait sur la fenêtre.  
« Mais qu’est-ce que c’est ça ? Ça doit être Nicolas ou Sébastien. Ils ne savent pas que les filles ne sont pas là? »  
Elle essuya ses yeux et ouvrit la fenêtre. Quand elle vit qui y était elle devint muette pendant quelques secondes. Après, elle fit un effort immense pour parler.  
Johanna : Mais… qu’est-ce que tu fais ici? 
Christian : Aide-moi entrer s’il te plait. 
Johanna : Qu’est-ce que tu veux? 
Christian : Johanna, laisse-moi entrer. Je peux pas te parler en restant sur la gouttière!  
Elle l’aida. Ses mains tremblaient et son cœur battait fort malgré elle. Elle se dit qu’elle devait le détester. Pourquoi le voir arriver dans sa chambre lui faisait tant d’effet?  
Une fois qu’il était dans la chambre, Johanna s’éloigna de lui. Il a eu un sentiment de regret.  
Johanna : Alors, pourquoi es-tu venu? 
Christian : Je voulais te voir et te parler.  
Johanna : On a tout dit, non? Tu étais assez clair l’autre jour.  
Christian : Johanna, je n’ai jamais voulu te faire du mal. 
Johanna : Tu m’as déjà dit ça.  
Christian : Mais je te jure que c’est vrai. Hélène m’a dit l’autre jour que tu ne vas pas bien et après notre rencontre à la cafète un peu plus tôt, je voulais voir moi-même comment tu allais. 
Johanna : Pourquoi? Ça t’intéresse? 
Christian : Mais bien sur que ça m’intéresse. Je ne veux pas que tu souffres à cause de moi. 
Johanna : C’est un peu tard pour ça.  
Christian : Johanna … ça me fait mal au cœur de te voir triste. Tu es importante pour moi, crois-moi. 
Johanna : Pas si importante que ça après tout.  
Christian baissa la tête.  
Christian : Je ne l’ai pas fait exprès. C’était … 
Johanna : Je veux pas savoir, s’il te plait.  
Christian : Mais… 
Johanna : Tu veux que je te dise quoi Christian? Que tout ira bien, que je comprends et que je te pardonne? Tu veux que je te dise qu’on peut être amis maintenant?  
Christian : Non, je n’attends pas ça, mais j’espère quand-même que tu pourras me pardonner un jour. 
Johanna : Tu es venu ici pour apaiser ta conscience coupable, mais je peux pas t’aider. Pourtant, je te souhaite d’être heureux. C’est sincère. 
Christian : Non, je suis pas venu pour ça. Je suis venu voir comment tu es. J’étais inquiet pour toi. 
Johanna : Je ne veux pas ta pitié Christian. 
Christian : Mais c’est pas de la pitié Johanna. Crois-moi. 
Johanna : C’est de la culpabilité alors. Ça va te passer Christian. Ne t’inquiète pas pour moi et vis ton amour avec ta petite Bene sans nuages.  
Son ton était amer et Christian se sentit très mal. Il la regarda encore une fois. Elle était en colère mais il pouvait dire qu’elle était triste, très triste. Cette fille en face de lui était l’ombre de la Johanna qu’il connaissait. Sa Johanna qui était toujours pleine de vie et d’énergie n’était plus là. Ses yeux ne brillaient plus quand elle le regardait. Il s’approcha d’elle et mit sa main sur la joue de la jeune femme. Elle était si surprise qu’elle ne recula pas.  
« Je ne voulais pas ça, je te le jure ma Johanna. » il murmura et quitta la chambre avant qu’elle dise quoi que ce soit.  


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Ven 17 Aoû - 11:11 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 9 
Dans la chambre des garçons 
Nicolas : Ah bon, tu es rentré. Je croyais que tu passerais la soirée avec Bénédicte. 
Christian : Je suis juste allé boire un verre avec elle. Où est Sébastien? 
Nicolas : Il dine avec Laly en tête-à-tête.  
Christian ne répondît pas et entra dans la salle de bains. Il ressortit un peu plus tard toujours silencieux.  
Nicolas : Christian, qu’est-ce qu’il y a? 
Christian : Pourquoi tu me demandes ça ? 
Nicolas : Ça fait des jours que je vois que tu ne vas pas bien. Tu devrais être heureux, tu as réalisé ton rêve de vivre ton amour avec Bénédicte au grand jour, alors pourquoi tu fais cette tête? 
Christian : Je ne fais aucune tête. Tout va bien. C’est juste que… le départ de Jose m’a bouleversé un peu. 
Nicolas : Je comprends que tu te sens mal par rapport à lui, et moi aussi, j’ai perdu un ami, mais quand-même Christian, je ne suis pas persuadé que c’est pour ça que tu as l’air si pensif tous les jours. 
Christian : Bon, c’est pas seulement ça. Je me sens mal par rapport à Johanna aussi. Je l’ai vue à la cafète cet après-midi et je peux dire qu’elle ne va pas bien. 
Nicolas : Mais tu savais ça, n’est-ce pas? Tu as décidé de la quitter pourtant! Christian, tu sais très bien que j’ai du mal à accepter ce que tu lui as fait, à elle et à Jose aussi, mais ce ne serait pas mieux de continuer à lui mentir. Elle va être malheureuse pendant un moment, c’est sur, mais …. 
Christian : Je ne voulais pas lui faire du mal, Nicolas! 
Il détourna son regard et Nicolas fut très étonné. 
Nicolas : Christian, regarde-moi! C’est pas vrai. Tu pleures? Tu pleures pour Johanna? 
Christian : Non, non, c’est rien, j'ai été un peu touché de sa tristesse c’est tout. Alors, j’ai… 
Nicolas : Tu as quoi? 
Christian : Non, rien. Écoute, je vais dormir, moi. Je suis épuisé.  
Il alla de nouveau dans la salle de bains laissant derrière lui Nicolas plus perplexe que jamais. Il prit son douche, mais ça ne l’aida pas d’éclaircir ses pensées. Il pensait a Johanna, à Bénédicte et après encore à Johanna. « Mais qu’est-ce qu’il m’arrive? Pourquoi je ne suis pas heureux? J’ai fait ce que je voulais. J’ai rompu avec Johanna et je suis avec Bénédicte. Pourquoi je me sens si vide au fond de moi?» 


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Mer 29 Aoû - 11:03 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 10 
Johanna ne pouvait pas dormir. Malgré elle, elle n’arrivait pas à chasser Christian et sa visite de son esprit. Elle se disait que si Christian était venu c’était parce qu’il se sentait coupable et il voulait apaiser son conscience. Mais il semblait sincère quand il lui dit qu’il s’intéressait à elle. Cela dit, même si c’était vrai, ça ne voulait rien dire. Il était avec Bénédicte maintenant, il avait fait son choix. Un choix auquel elle devait s’y faire. Christian avec Bénédicte. Son Christian, son Cricri d’amour. Avec qui elle avait partagé un an de sa vie, avec qui elle croyait qu’elle allait vieillir. « Comme j’étais bête! » elle pensa en soupirant.  Pourtant, ils étaient si bien ensemble! Christian voulait souvent jouer le fier et l’insensible mais au fond de lui, il n’était pas comme ça et elle le savait très bien. Lors qu’ils se trouvaient seuls il ne pouvait pas jouer l’indifférent longtemps. Il était très tendre avec elle, il la couvrait des compliments et des baisers, il lui disait comme il l’aimait…  
Hélène : Johanna? 
Johanna : Hélène, tu ne dors pas? 
Hélène : Non, et toi non plus, je vois. Ça ne va pas? 
Johanna : Je pensais c’est tout. 
Hélène : Encore à Christian, c’est ça ? 
Johanna : J’essaye d’oublier Hélène, mais c’est si dur! 
Hélène se leva doucement pour ne pas réveiller Laly et s’assit sur le lit de Johanna près d’elle.  
Hélène : Allez, ne t'en fais pas, ma belle. Ça va passer, tu vas voir.  
Johanna regarda Hélène.  
Johanna : Christian est venu me voir aujourd’hui. 
Hélène : Quoi! Il est venu ici! 
Johanna : Oui, avant que vous rentriez avec Laly. 
Hélène : Il t’a dit quoi? 
Johanna : Qu’il ne voulait pas me voir triste, que c’était pas son intention de me faire du mal, des choses comme ça. 
Hélène : Je ne sais pas quoi penser de cette visite. 
Johanna : Il voulait apaiser son conscience parce qu’il se sent coupable, c’est tout. Je l’avais rencontré à la cafète avec Bénédicte avant.  
Hélène : Je suis désolée que tu doives vivre ça ma Johanna. Ça aurait du être dur de les voir ensemble.  
Johanna : C’était un cauchemar. Je peux pas les voir ensemble, Hélène. Je les ai vus s’embrasser et … 
Les derniers de ses mots s’étouffèrent dans ses larmes et elle pleura à nouveau dans les bras d’Hélène qui essaya de la calmer.  
Hélène : Ne pense plus à ça ma Johanna. Nous sommes tous là pour toi. Tu vas voir, dans quelque temps, tu vas ressentir mieux. 
Johanna : Je ne suis pas sure. J’y pense tous ces jours. Je peux pas continuer comme ça. Les voir ensemble va me tuer. Je l’aime, Hélène!  
Hélène : Chut, je sais, je sais.  
Johanna : Helene, … si Christian est venu aujourd’hui, c’est parce qu’il se sent coupable, n’est pas?  
Helene : Tu espères qu’il est venu parce qu’il a encore des sentiments pour toi? 
Johanna : C’est trop bête, hein? 
Helene: Ne dis pas ca. Tu l’aimes, alors, c’est normal d’espérer, mais je veux pas que tu souffres encore plus, ma Johanna.  
Johanna : Tu as raison. Je vais arrêter de penser à ça.  
Helene : Dors maintenant. Tu as besoin du calme et du repos. 
Johanna : Merci d’être là pour moi. 
Hélène : Allez bonne nuit. 
Hélène eut du mal à dormir aussi. Elle ne pouvait pas expliquer la visite de Christian. Probablement, il se sentait coupable. Après tout, Christian n’était pas si insensible que ça. Elle pouvait aussi voir qu’il se sentait mal à l’aise vis-à-vis de Johanna et tous les autres après l’avoir quittée pour Bénédicte. Mais peut-être que… « Non, il faut que j’arrête de penser comme ça. Et il ne faut pas donner des idées à Johanna. Elle va être encore plus malheureuse après. On doit tous nous y faire à cette nouvelle situation. Comme la vie est injuste quelquefois! » 


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Jeu 6 Sep - 05:52 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 11 
Deux jours plus tard 
Les garçons prenaient leur petit déjeuner chez Alfredo’s quand les filles entrèrent aussi. Johanna ne savait pas comment réagir en voyant Christian. Il la regarda, ne sachant pas quoi faire, non plus. 
Hélène : Bonjour les garçons. 
Sébastien : Bonjour.  
Les deux couples échangèrent un baiser rapide un peu gênés par la présence de Christian et Johanna. Ils ne savaient pas trop comment se comporter.  
Christian : Bonjour, Johanna. 
Johanna : Bonjour.  
Un silence suivit et Nicolas essaya de trouver quelque chose pour dire. 
Nicolas : Bon, vous vous asseyez avec nous? 
Johanna : En fait, moi, je vais partir. Mon cours commence plus tôt ce matin.  
Laly : On vient avec toi. 
Johanna : Non, c’est pas nécessaire.  
Elle partit vite en évitant le regard de Christian. Il la regarda partir et soupira. 
Christian : Je suis désolé les filles. Évidemment, elle veut plus me voir. 
Laly : C’est normal, tu ne trouves pas? 
Sébastien : Laly, arrête! 
Christian : Non, laisse-la Sébastien, elle a raison. Si je savais que vous alliez venir, je ne serais pas là.  
Hélène : On a décidé ça à la dernière minute. On ne savait pas que vous étiez là. 
Nicolas : On ne peut pas éviter des rencontres comme ça. Vous allez vous croiser, Christian, ça ne peut pas être autrement.  
Christian : Elle doit me détester. Chaque fois qu’elle me voit, elle part. 
Hélène : Elle ne te déteste pas, Christian. Elle a de la peine, c’est tout. Peut-être avec le temps, elle va se sentir un peu mieux. Mais si tu attends que vous deveniez amis, je crois que c’est impossible. 
Christian baissa la tête gêné. Il se rappela des paroles de Johanna deux soirs plus tôt, dans sa chambre. 
Christian : Oui, je sais. Bon, je vous laisse, aussi. Je vous ai gâché le petit déjeuner, alors, je suis sur que vous serez mieux sans moi.  
Nicolas : Ne dis pas de bêtises.  
Christian : Non, sérieusement, je pars. Au revoir les filles. 
Une fois Christian parti, les autres se regardèrent sans savoir quoi dire ou faire. 
Hélène : Quelle situation horrible!  
Sébastien : Oui, ça n’a pas l’air de s’améliorer. 
Hélène : Qu’est-ce qu’on peut faire? Ça va de plus en plus mal.  
Sébastien : Ça doit être horrible pour elle de voir Christian et Bénédicte ensemble.  
Laly : Elle est très malheureuse. On l’entend pleurer chaque nuit. 
Nicolas : La pauvre.  
Il se perdit dans ses pensées. Il avait l’impression que Christian n’allait pas bien mais il ne savait pas s’il devait parler de ça. 
Hélène : Nicolas, tout va bien? 
Nicolas : Euh, oui, tout va bien.  
Bénédicte entra dans la cafète et trouva tout le monde autour de la table. 
Bénédicte : Bonjour tout le monde. Christian n’est pas là? 
Laly lui jeta un regard noir, mais Sébastien lui prit la main pour la calmer et l’empêcher de parler.  
Nicolas : Il vient de partir pour la fac je crois. 
Bénédicte : C’est encore tôt, non? 
Laly : Ne t’inquiète pas, il va pas s’envoler, ton Christian.  
Bénédicte : Vous me détestez toujours, hein? Surtout toi, Laly. Je comprends que tu as de la peine pour Johanna, mais s’il te plait, essaye de comprendre. Christian et moi, nous sommes tombés amoureux et … c’était plus fort que nous. On ne voulait blesser personne.  
Hélène : Bénédicte, c’est pas qu’on veut pas que tu sois heureuse, mais la situation est un peu compliquée, c'est tout. 
Bénédicte : Je vois. Je vais essayer de trouver Christian, moi. 
Elle partit et elle ne put pas s’empêcher de penser que rien ne pourrait être le même entre elle et ses amis désormais. Au fond d’elle, elle avait cessé d’espérer qu’ils allaient un jour redevenir comme avant.  


Revenir en haut
maria
Auteurs intermédiaires

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2018
Messages: 161

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 17:47 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un Répondre en citant

Chapitre 12 
Bénédicte trouva Christian au garage. Il était assis sur le canapé et jouait une mélodie mélancolique sur la guitare.  
Bénédicte : C’est beau.  
Christian : Ah, Bene, je t’ai pas vue entrer.  
Bénédicte s’assit près de lui et l’embrassa. 
Bénédicte : Alors, je t’ai manquée? 
Christian : Oui, bien sur. Ça va? 
Bénédicte : C’est pas le top. Je suis passée par la cafète après que tu es parti et ils n’étaient pas très contents de me voir. Surtout Laly. 
Christian : C’est normal. Johanna est leur amie.  
Bénédicte : Je comprends, mais … c’est dur quand même. Mais je me dis que tu es dans ma vie, ça me rend heureuse et me donne du courage d’affronter cette situation.  
Christian : C’est gentil.  
Bénédicte : Embrasse-moi, on est seuls pour ce matin. 
Christian : Tu sais, je suis un peu fatigué, je crois que je vais rentrer me coucher.  
Bénédicte : Pourquoi tu ne veux pas qu’on parte un peu juste nous deux? Tu vas te reposer et ça va nous faire du bien de s’éloigner de tout ça. Ça va être bon pour notre couple.  
Christian : On va voir.  
Il rentra à la chambre et essaya d’étudier un peu pour oublier ses problèmes. Peine perdue. Il ne pouvait pas se concentrer sur quoi que ce soit. Il resta là toute la journée en essayant de mettre un ordre dans ses pensées. Nicolas rentra le soir. 
Nicolas : Tiens, tu es là. Pourquoi tu n’es pas venu ni à la fac ni a la répétition? On t’attendait pendant deux heures.   
Christian : Excusez-moi. J’étais fatigué. J’ai oublié qu’on devrait répéter cet après-midi.  
Nicolas : C’est la rencontre avec Johanna ce matin qui t’as bouleversé, n’est-ce pas? 
Christian : Tu sais que je me sens coupable. Chaque fois que je la vois si triste, je me dis que c’est de ma faute. 
Nicolas : C’est tout?  
Christian : Qu’est-ce que ça  veut dire? 
Nicolas : Il y a quelque chose que tu ne me dis pas en ce qui concerne Johanna?  
Christian : Non… sauf… enfin, l’autre jour je suis allé la voir à la chambre. 
Nicolas : T’as fait quoi?! 
Christian : Je voulais voir comment elle allait. J’étais inquiet. C’était ce soir que je l’avais rencontrée à la cafète.  
Nicolas : Et alors? 
Christian : Elle était très amère mais je peux dire qu’elle est très malheureuse, Nicolas. Et ça me fait sentir comme une ordure. 
Nicolas : Tu es sur que c’est seulement ça ? 
Christian : Quoi d’autre veux-tu que ce soit? 
Nicolas : Christian, je te connais très bien, tu es mon meilleur ami. Il y a quelque chose d’autre qui ne va pas. 
Christian : Je t’ai dit que ça m’a fait quelque chose de la voir si triste.  Et c’était la première fois que je l’avais revue après notre séparation.  
Nicolas : Mais ça n’explique pas pourquoi tu fais cette tête. En te regardant, on peut pas deviner que tu es un homme heureux en amour. Depuis ta séparation avec Johanna, tu es pensif, tu ne dors pas bien, je te parle et tu ne réponds pas, tu as l’air triste… Et quand je te vois avec Bénédicte, je ne vois pas l’homme fou amoureux que tu disais être. Dis-moi la vérité Christian! Tu regrettes ton choix? 
Christian écoutait son ami sans parler. Il n’a pas essayé de l’interrompre ou de nier quelques des ses mots. Il semblait réfléchir. Nicolas attendait. 
Christian : Je ne sais pas ce que je ressens à ce moment. Tout ce que je sais, c’est que je ne suis pas si heureux que je croyais devenir quand j’ai pris cette décision. 
Nicolas : Christian, tu es sur que tu aimes Bénédicte? 
Christian : C’est ça que je croyais en tous cas. 
Nicolas : Et maintenant? 
Christian : Je sais plus, en fait,  j’en sais rien. 
Nicolas : Bon, je vais te poser une autre question et tu dois réfléchir bien, avant de me répondre. 
Christian regarda Nicolas. Il savait ce que son ami allait lui demander. Au fond de lui, la même question le rongeait depuis quelques jours, mais il évitait y penser.  
Nicolas : Tu aimes toujours Johanna?  
Christian soupira. Il pensa à Johanna, à leurs moments ensemble, si intenses et si doux à la fois, à leur premier baiser, à la première fois qu’ils avaient fait l’amour… 
Nicolas : Christian… 
Christian : Elle me manque… Tout ce temps, je me disais que c’était juste une idée comme ça, que c’était parce que je lui avais fait de la peine, mais elle me manque beaucoup Nicolas. Rien n’est le même sans elle.  
Nicolas : Continue. 
Christian : J’attends toujours la voir ouvrir la porte du garage et courir vers moi pour me sauter dans les bras en renversant ma batterie, m’appeler son cricri d’amour, me dire qu’elle m’aime! Chaque fois que je vois les filles arriver sans elle, je ressens un vide en moi. J’essaye de me raisonner, je me dis que j’ai Bénédicte, c’est une fille douce, merveilleuse, mais c’est plus fort que moi. Je pense à Johanna tout le temps. Et savoir qu’elle est triste à cause de moi, ça  fait beaucoup de mal, Nicolas! 
Une larme coula sur la joue de Christian et Nicolas fut touché. 
Nicolas : Mais Christian, pourquoi alors tu l’as quitté?  
Christian : Je croyais que c’était ce que je voulais. Mais dès le moment que je lui ai annoncé ma décision, je n’ai qu’une envie. La prendre dans mes bras pour la consoler et la rendre heureuse. 
Nicolas ne savait pas quoi dire. Il regarda Christian qui essuyait ses larmes. 
Christian : Qu’est-ce que je vais faire, Nicolas? C’est trop tard. Je suis avec Bénédicte et Johanna ne va jamais me pardonner!  
Nicolas mit sa main sur l’épaule de Christian. 
Nicolas : Allez, ressaisis-toi. On va bien voir. Tu vas encore réfléchir. Aujourd’hui, tu es dans un état qui ne te permet pas de prendre des décisions. Laisse-toi un peu de temps, pour ne pas blesser personne.  
Christian : J’ai déjà blessé Johanna et Jose. 
Nicolas : C’est mieux de dormir. La nuit porte conseil. Tu vas réfléchir davantage les jours suivants. Laisse-toi du temps pour être sur.  


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:14 (2018)    Sujet du message: Si tu aimes quelqu'un

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dreams, hope and reality Index du Forum ->
Fanfictions sur la quadrilogie "Hélène et les Garçons"
-> • » FICTIONS REFERENCEES -> Tout Public -> Fictions maria
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky