Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Secret australien (saison 2)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dreams, hope and reality Index du Forum ->
Fanfictions sur la quadrilogie "Hélène et les Garçons"
-> • » SHORT STORY -> Tout Public -> Fictions Volcania59
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Mer 17 Jan - 15:14 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Prologue... 

 

 
Hélène et Peter étaient mariés depuis 1 mois et la nouvelle Madame Watson avait entamé son 3 ème mois de grossesse.
Peter était le plus heureux des hommes.
Mais finalement, Hélène avait perdu depuis toute sa joie d'avoir ce bébé.


Des cauchemars la hantaient la nuit, elle voyait un bébé qui pleurait, des ombres qui lui cachaient le visage de l'enfant et l'emmenaient loin, elle se voyait hurler et pleurer.... 


Le matin elle se réveillait avec une boule dans le ventre, et chaque jour qui passait lui faisait craindre le pire pour le bébé qui grandissait en elle et que pourtant elle aimait plus que tout. Mais... Sans pouvoir se réjouir. 


Elle ne put s'empêcher de maudire Nicolas. 
Les cauchemars venaient de lui, c'était certain. Elle ne voyait que ça...
Elle avait fait une fausse couche pour lui il y'a 20 ans en Australie, lorsqu'il l'avait trompé.
Elle avait avorté pour lui il y'a quelques années, car il ne supportait pas l'idée du bébé qu'il avait perdu avec Jeanne. 


Et maintenant ? Maintenant elle revivait les pires moments de son existence, son ex, bien malgré lui elle le savait, gâchait le bonheur qu'elle aurait normalement dû vivre. Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle même, elle avait trop souvent pardonné à Nicolas...


Devant Peter et la bande, elle ne montrait rien, elle affichait un bonheur radieux. Mais dès qu'elle était seule, elle posait les mains sur son ventre comme si une partie d'elle manquait... Ses deux autres bébés qui n'avaient jamais pu voir le jour... 


Mais un jour où elle ressentit une fois de plus le besoin de s'isoler, elle fut suivie par Laly. 
On pouvait reprocher énormément de chose à la brésilienne mais pas son intuition. 
La jeune femme avait souhaité faire part de ses doutes sur Hélène à Bénédicte, mais cette dernière, séparée de José, vivait de nouveaux tumultes en la personne de Jimmy... Et préoccupée par ses soucis de couple elle n'avait pas perçu la détresse de son amie. Laly, si. 


Hélène vit que son amie la regardait pleurer, elle sursauta mais elle ressentit un soulagement intense et se rua dans les bras de la brésilienne... 


- Oh Laly... 


Elle lui raconta tout, ce qu'elle ressentait depuis quelques temps...


Laly finit par arrêter de lui caresser le dos puis la saisit gentiment par les épaules. 


- Il ne faut pas que tu perdes ce bébé la, Hélène. Tu te rends malade. Ce n'est pas bon... Ecoute, je connais un hypnotiseur, c'est une pratique comme une autre tu sais. Tu pourras voir ce qui n'allait vraiment pas, et tu pourras leur dire adieu, tu verras ils ne t'en veulent pas, ils savent que c'était leur destin, et je suis certaine que même si tu n'oublieras jamais, tu seras plus sereine, je ne peux pas te laisser comme ça, je t'accompagnerais, fais moi confiance. 


- Je n'ai rien à perdre, mais pourquoi tu ne vas pas voir de psys comme tout le monde ? Un hypnotiseur ma Laly, t'es sûre ?


- Mais oui, J'suis pas tout le monde, moi !!!! Fais moi confiance quand même, un psy ça parle trop, j'ai pas que ça à faire, la au moins on arrive vite au coeur du sujet tu verras ! 


Les deux amies se mirent d'accord pour ne parler de la détresse d'Hélène à personne, et la brésilienne téléphona à son hypnotiseur pour prendre rendez vous pour Hélène. 

 

 

_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 17 Jan - 15:14 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Jeu 18 Jan - 10:35 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Chapitre 1 : L'hypnose 

 

 
Le rendez vous avait été obtenu assez rapidement, la pratique de cette science restait rare.


Hélène entra seule dans le cabinet du praticien, Laly attendant dans la salle d'attente avait spécifié à son amie que cette médecine était trop atypique pour permettre la présence d'une autre personne qui pourrait tout court-circuiter. 


L'homme s'avança vers elle et et lui serra la main. Il était grand et fort mince, il portait un costume de qualité médiocre. Il avait des cheveux poivres et sel et avait aisément passé la soixantaine semblait - il. Il portait des grosses lunettes marrons foncés. 
Il lui désigna une chaise et rejoint celle qui se cachait derrière son bureau. 


- Madame Watson, Mademoiselle Paoli pense que je pourrais vous être utile, quel est le motif de votre visite ? 


Hélène soupira et exposa la situation, sa grossesse, son mariage mais aussi des remontées de souvenirs négatifs car elle avait déjà perdu 2 bébés avec un ex compagnon. Et qu'elle pensait que c'est cela qui l'empêchait d'aborder sereinement sa grossesse actuelle. 


L'homme n'avait pas réagi, inexpressif il se contentait de noter les dires de sa patiente. 


Il se leva et l'invita à s'allonger sur le canapé. 
La séance débuta. 
Il lui posait beaucoup de questions et elle revivait de pénibles scènes... 


- C'est un petit garçon, il va sur ses 10 ans je crois, il court vers moi mais plus il approche plus il devient flou, il a disparu !!!! 


- Je compte jusqu'à 3. 1,2, 3. Ouvrez une autre porte Hélène, que voyez vous ?


- C'est Nicolas, mon ex compagnon, il me dit qu'il n'est pas prêt pour l'enfant, qu'il ne peut pas, que c'est trop tôt, que son ex compagne a perdu leur bébé, qu'il va la trahir, ça me fait si mal, si mal, je n'ai pas d'aide pour avoir ce bébé, et j'ai peur, le premier est mort... Ma mère est morte aussi, elle ne peut pas m'aider, mon père vit loin, j'ai des engagements dans les causes humanitaires... J'ai avorté, c'est pour ça que le petit garçon ne veut pas me rejoindre...


Des larmes coulent sous les joues d'Hélène endormie, le médecin lève un sourcil, il n'a vu que trop de souffrances dans sa carrière...
Il est sensible mais doit rester sec, il a l'expérience des années de métier derrière lui... 


- Ce Nicolas, qu'a - t - il fait d'autre ?


- Il y'a Jeanne, il y'a moi, il ne sait plus, il ne sait pas, il n'a jamais su qui il aimait d'elle ou moi... Mais c'était elle, ça a toujours été elle, avec elle il voulait le bébé... Moi, il y'a longtemps, je voulais lui dire que j'étais enceinte, mais quand je suis rentrée dans notre appartement, il y'avait, il y'avait cette fille... Il m'a trompé !!!!! Oh ! Il y'a un autre homme, un jeune, à peine sorti de l'adolescence, il est si triste, il me dit qu'il est désolé, qu'il ne pouvait pas rester, qu'il ne devait pas rester, que c'est mieux comme ça, qu'il meurt en moi, mais c'est terrible de dire ça, c'est mon premier bébé, mais, mais il y'a une ombre derrière lui, il n'est pas tout seul, pourtant je n'attendais qu'un seul bébé les médecins en étaient sûrs, mais je vois une ombre, c'est pas mon bébé, c'est quelqu'un avec lui, de son âge ou presque en tout cas, je ne comprend pas ! 


Le docteur voit sa cliente s'agiter dans son sommeil, c'est bon signe, il le sait. Mais l'heure est grave. Il a réussi sa séance. Il va débloquer ce qui empêche la jeune femme de savourer sa grossesse.


- Hélène, qu'il y'avait - il entre vous et Nicolas avant ce drame, remontez plus loin dans votre conscience, Hélène, un événement a t il trouvé votre couple avec ce Nicolas ? ... 


- On était heureux, nous étions très unis, nous sommes restés longtemps ensemble, puis j'ai dû partir en Australie, seule, pour aider ma grand mère malade. J'ai rencontré Peter, nous sommes restés ensemble peu de temps... Il y'a de nouveau l'ombre mais je ne vois pas c'est qui, juste une ombre, mais elle est amicale, elle montre Peter, elle désigne mon ventre, mais je ne comprend pas, elle nous montre comme quand on avait 20 ans... L'ombre me montre un autre paysage, c'est le restaurant où Peter a rompu avec moi, je suis digne, je souris, je sais que c'est pour ses études et que je devais rentrer en France. Ma grand mère va mieux, mais moi je suis malade... Je vomis beaucoup. Puis ça passe, je rentre en France, je retrouve Nicolas, je retrouve mes sentiments pour lui... L'ombre semble en colère quand je dis ça... (la voix d'Hélène monte) Pourtant tout va bien, mais on doit retourner en Australie. Il m'accompagne. J'avais un peu grossi, on en rigolait mais c'était bizarre, j'avais souvent faim sans raison... J'ai mal au ventre, mal très mal ! Nicolas n'est pas la, il est avec mon cousin, ils sont très amis, ils sont partis en camping entre amis, oui je me souviens... Ma grand mère me fais conduire à l'hôpital... Je ne comprend pas, je n'ai jamais été à l'hôpital pour mon ventre, ça n'est jamais arrivé ça... Des infirmières disent qu'il est prématuré... 7 mois... Il a un souci au coeur... (elle parle en paniquant) On me cache son visage, on l'emmène, pourquoi on emmène ce bébé ? Je ne le connais pas mais c'est le mien, je pleure, je tiens la main de ma grand mère mais elle est sonnée elle ne sait pas quoi faire pour m'aider... On vient me voir, un médecin, il dit que c'est un déni de grossesse, il me donne une date mais c'est flou, mais... Oh mais... Nicolas ne peut pas être le père, j'étais avec Peter à cette date... Je pleure, je comprend que je dois renoncer, que je peux tout perdre, et je me sens trop jeune, pas prête, je fais une crise de panique, une crise de folie même, ils m'ont fait une piqûre... (la voix d'Hélène se fait plus calme, ralenti) J'ouvre les yeux, ma grand - mère caresse mon front... Elle m'explique que j'ai eu un petit garçon mais que j'ai eu une attitude de rejet, que j'appelais un Peter, que je ne pouvais pas ce n'était pas le fils de Nicolas, que je ne pouvais pas assumer ça, que je n'étais pas prête, que j'étais un monstre pour Nicolas si il savait, et que les médecins en me voyant hurler et paniquer ont dû m'administrer un calmant... Elle devient triste, elle me demande de la pardonner, ils lui ont demandé de prendre la décision pour moi... Elle a pensé faire au mieux vu mon état... Elle a accepté l'abandon sous x vu que je ne semblais pas heureuse de cette nouvelle... Je pleure dans ses bras, j'ai de la colère, de la peine, mais pas contre elle, je me sens soudain toute fatiguée... Elle me laisse dormir.... Quand je me réveille, j'ai tout oublié, je suis heureuse, je chante, je n'ai plus mal au ventre, ma grand mère semble inquiète de me voir heureuse mais je ne comprend pas, alors elle sourit et chante aussi... 


- Je vois... Hélène vous allez vous réveiller, vous imaginez un escalier, vous le montez, je vais compter et à 10 vous ouvrirez les yeux.... 


Hélène se réveille. Elle a les yeux humide, un peu mal à la gorge, elle se sent vraiment épuisée... Elle tente de s'asseoir péniblement. 


L'hypnotiseur la laisse prendre son temps, ce qu'il doit lui révéler est terrible....
 

_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Jeu 18 Jan - 11:11 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Chapitre 2 : Se souvenir... 

 

 
Hélène baille, fait un peu craquer ses os, étire ses muscles, doucement elle s'assit et finit par planter son regard plein d'interrogations dans le regard du docteur. 


- Euh... Madame Watson. Votre séance a réussi, nous savons ce qui bloque votre grossesse actuelle. Mais, ça va être très éprouvant pour vous, c'est plus compliqué qu'on pourrait le penser aux premiers abords. Votre séance a été enregistrée, libre à vous de vouloir écouter ou pas, mais je vais déjà vous apprendre les choses de moi même. Vous avez subi un très gros choc dans votre jeunesse, causant un type d'amnésie bien particulière, vous vous souvenez de ce qui s'est passé avant le choc émotionnel, puis après, mais pour vous préserver, votre cerveau sait de lui même effacer ce qui a un lien avec le traumatisme. C'est ce qui vous ai arrivé, Madame. Vous avez eu trois enfants par le passé pas deux. 


- C'est impossible, j'ai bien perdu un seul bébé, quant à l'avortement j'étais largement dans les temps personne n'aurait pu parler de jumeaux... 


- Hmmm, les faits remontent à avant votre histoire avec (il consulte sa fiche) Nicolas, vous parliez d'un Peter. Vous avez eu mal au ventre, votre grand mère vous a faite hospitalisée, il s'avère que c'était un déni de grossesse et que vous ne vous sentiez pas prête à être mère, vous avez accouché sous x. En vous exposant cette vérité, normalement, et j'en suis navrée, vos souvenirs doivent se débloquer... 


Hélène oscille entre la colère et le doute. Et si c'était vrai ?
Oui elle se souvient d'avoir eu fort mal au ventre, et que sa grand mère l'avait conduit à l'hôpital, mais ce n'était rien du tout, elle allait parfaitement bien, bien sûr elle avait un peu mal en urinant en rentrant, mais sa grand mère lui a dit peut être une cystite... Ensuite elle n'avait plus de règles très régulières, sa grand mère lui avait dit petit kyste, ça passera. Elle s'était effectivement vite remise... Mais si elle avait eu un bébé, sa grand mère lui aurait dit...
Elle fronce les yeux pour tâcher de se remémorer d'où venait son mal de ventre... L'hypnose a fait son effet... Elle revoit l'accouchement... 


Apeurée, elle plante ses yeux dans ceux du praticien. 


- Oh mon dieu !!! Mais... Ma grand mère ?


- Ils lui ont sans doute conseillé de ne pas vous brusquer, que c'était trop violent, que vous ne la croyiez pas, qu'il faudrait un autre accouchement pour que vous vous souveniez, qu'elle pourrait vous briser. Tout cela est vrai, en tant que médecin je sais que les chocs peuvent aggraver les choses. Votre grand mère en voyant votre état a eu l'intelligence de faire semblant de rien avant d'aller trouver votre docteur.


- Oui mais... Il y'a un bébé à moi... Un grand... Abandonné quelque part, je dois le retrouver ! 


- Il faut demander à votre grand mère si elle a laissé des indices pour permettre à l'enfant de vous retrouver. Mais, est - elle seulement encore en vie ?


- Hélas non... 


- Il faut alors retourner en Australie, demander à l'hôpital de vous orienter vers l'établissement qui a pris en charge votre bébé. Il est en âge d'avoir le droit de savoir, il est peut être venu déposer et chercher des renseignements. Je suis désolé. 


Il se lève, va près d'un boitier, en sort une cassette.


- Je vous laisse la cassette, ça peut éventuellement vous aider. Mademoiselle Paoli est avec vous, je peux donc vous laisser repartir sans crainte, mais faites attention à vous, allez y doucement, préservez aussi le présent. 


Le docteur ébauche enfin un sourire en montrant le ventre d'Hélène. Touchée, elle lui serre la main, sourit tristement, murmure un merci, et se retrouve nez à nez avec Laly, qui bondit de sa chaise comme un ressort. 


Elle sorte de l'immeuble, Laly est perplexe, son amie n'a pas décoché un mot, elle marche comme un zombie, ses yeux sont vides, lointains, elle se laisse tomber machinalement sur le siège passager.


La brésilienne s'installe au volant mais ne démarre pas. 


- Hélène, il faut que tu me dises... 


- Laly, c'est... (elle éclate en sanglots) 


Son amie lui prend la main, la laisse pleurer, tranquillement, jusqu'à tarissement des larmes. Elle sent d'instinct quand elle n'a pas le droit d'abuser et de presser pour tout savoir... 


Hélène de toute façon finit par raconter, elle lui montre la cassette, dit qu'il faut qu'elles l'écoutent ensemble, sans les autres pour l'instant, pour comprendre. Laly acquiesce, ses yeux se posent sur le ventre d'Hélène, elle le sait, elle le sent, elle a un flash qui lui vient... Hélène, trop fragile, perdra son bébé... 


Laly accuse le coup mais se tait. Elle a envie de pleurer mais elle prend sur elle.
Elle démarre la voiture. Heureusement, Hélène, dans son état, n'a pas vu que son amie avait eu un flash... 
 

_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Ven 19 Jan - 10:57 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Chapitre 3 : Le drame 



Elles s'étaient rendues chez Laly pour écouter l'enregistrement discrètement.
Hélène prenait de plus en plus conscience de ce vide qu'elle ressentait, de ce manque à combler, elle ne pouvait qu'admettre qu'elle n'avait pas inventé ça dans son sommeil.
Laly était abasourdie mais il fallait qu'elle aide son amie. 


- Ecoute, il faut en parler, il faut que Peter sache, il faut que tout le monde écoute ça, tu ne pourras pas vivre avec ça, tu ne pourras plus... Et plus tu attendras d'en parler, plus ce sera difficile... 


- Oui, mais... Qu'est ce qu'ils vont penser de moi ? J'ai l'impression d'être une personne négligée, qui a fauté, j'ai honte, Laly, j'ai honte ! 


- De quoi ? D'avoir eu 20 ans, d'avoir craqué pour un bel homme, que la capote lâche ? T'es pas responsable... 


Hélène s'était souvenue de cet accident de préservatif alors qu'elles roulaient vers le domicile de la brésilienne. Elle revivait les débuts de son idylle australienne avec Peter, c'était si magique leur première fois, même ce souci n'avait pas refroidi leurs ardeurs, ils s'étaient aimés tellement tendrement, et il était si sûr d'être clean, il avait d'autres ambitions que les filles, et elle était tellement certaine de ne rien craindre à cette période, ça n'avait pas gâché leur nuit même si ils avaient toujours continué à se protéger. Mais une fois avait suffit pour qu'un être vivant naisse de cette relation... 
Laly avait souri et dit que Peter était décidément l'homme de la vie d'Hélène, qu'il n'y a pas si longtemps elle n'aurait jamais cru ça et que le José allait s'en étouffer quand il allait savoir. 
Hélène savait que son amie essayait de la dérider, mais elle avait surtout peur d'avouer qu'il fallait lui donner raison, qu'elle devrait parler à Peter et aux autres... 


Hélène sortit de ses pensées, étonnée de voir que Laly ne parlait plus et la fixait, attendant une réponse : 


- Je... Il faut d'abord que je le dise à Peter seul. 


Laly espérait que son flash lui permettrait de sauver le bébé de son amie au lieu de voir la prédiction se réaliser. Elle dit donc... 


- Tu veux que je te dise ? T'es pas obligé de dire tout aux autres tout de suite. Parle avec Peter, prend l'avion tant que tu peux encore, ou plutôt sois raisonnable et attend que ce petit la naisse, avant de retrouver ton enfant. Maintenant que tu sais, tu ne devrais plus être bloquée, non ? 


- J'sais pas ma Laly, mais j'espère. Je suis tellement pressée de tout dire à Peter, et je veux aller en Australie. Si cet enfant n'a pas été heureux, je ne me le pardonnerais jamais ! Je dois le sauver, ou m'assurer qu'il va bien ! Tu te rends compte, je l'avais effacé de ma mémoire, j'ai jugé sa naissance traumatisante, mais Laly je suis un monstre ! Il avait un problème au coeur, si ça se trouve il est mort depuis longtemps et sans maman pour le tenir ! J'suis horrible... Peter va... 


- Peter, rien du tout ! Tu es humaine, tu as eu un choc, tu ne l'as pas abandonné volontairement cet enfant ! T'étais pas en état et ta grand - mère a agi comme n'importe quelle grand mère sensée l'aurait fait ! C'est triste, mais c'est la faute de personne, ça devait être comme ça ! Cesse de te rendre malade, pense à ton bébé actuel aussi, Hélène ! 


- Mais oui, tu as raison, mais j'en reviens tellement pas... 


- Oh ! C'est normal, c'est normal, c'est pas le genre de révélation que tu as tous les jours. Mais fais moi confiance. Parle avec Peter et aviser de ce qui est le mieux pour vous et le bébé que tu portes avant de te lancer à la poursuite de ton adulte... 


Hélène savait que Laly avait raison, son amie la déposa et repartit directement rejoindre John, promettant à Hélène, qui la connaissait bien, qu'elle prendrait sur elle pour tenir sa langue.


Hélène sourit à ses amis et prit Peter à part sous les regards attendris des autres qui pensaient que le couple allait se faire des mamours en parlant du bébé. 


Ils entrèrent dans leur chambre et elle se blottit contre lui. 


- Peter, je t'aime plus que tout, tu sais... 


- Toi, tu es enfin décidée à me dire ce qu'il ne va pas. 


Il lui leva tendrement le menton, l'obligeant à le regarder. 


- Tu...


- Oui. Oui, je savais je t'aime trop pour ne pas tout connaître de toi. Mais je ne voulais pas te brusquer, un petit bébé c'est énormément de questions, c'est normal que tu te sentes parfois abattue, mais ça a l'air de te ronger... Je suis content que tu m'en parles enfin.


- C'est parce que c'est plus compliqué, ce n'était pas qu'une déprime ou des peurs, Peter c'est plus que ça, j'adore notre bébé mais je ressentais un manque, une tristesse infinie, quelque chose qui ne s'est jamais produit avant toi même avec les bébés de Ni... Bref, il faut qu'on parle. 


- Oui. Mais pas de Nicolas, tu es une femme merveilleuse et ce qui ne s'est jamais produit avec lui, c'est parce qu'il ne t'a jamais laissé le temps de rien, ou le choix de rien, il a compris maintenant, tant mieux, mais pour une autre. 


- Mais y'a pas que mon passé avec lui, y'a aussi le nôtre, Peter, ça vient pas de lui, pas que de lui, le plus gros vient de nous deux en réalité..


- C'est impossible chérie, voyons, qui t'as mis une idée aussi grotesque en tête ? On s'aime, on a prit notre temps, on s'est retrouvé et...


- Peter, s'il te plait, laisse moi te dire... 


Devant les yeux suppliants de son épouse il se tût. 
Elle lui tendit alors l'enregistrement et lui demanda juste d'écouter. 
Il écouta, et à la fin la regarda. 


- Une séance d'hypnose ? Un bébé ? A deux ? Non, mais... C'est trop gros ma puce, on l'aurait su, tu es tombée sur un charlatan, je... C'est pas possible, on n'oublie pas son bébé... 


La dernière phrase, maladroite, déclencha une puissante colère chez la jeune femme qui cria, lui tapa sur la poitrine qu'il ne comprenait pas, qu'elle était perdue, qu'elle n'avait pas fait exprès d'oublier, qu'elle n'aurait pas dû écouter Laly, qu'il ne comprenait rien, qu'en fait rien n'avait changé, qu'il n'avait pas changé. 


Elle partit en courant dans les escaliers, les larmes l'aveuglaient, et elle tomba, Peter se rua sur elle pour l'aider ainsi que Jimmy qui avait entendu les cris, mais elle poussa un cri déchirant, ce n'était plus un cri de colère, mais un cri de douleur et de détresse, du sang maculait son pantalon et elle tenait son ventre en se tordant de douleur... 


Jimmy la fit descendre et dit au millionnaire qu'il devait la conduire à l'hôpital mais dans un sursaut de force, Hélène repoussa son époux en criant : "Non, tu as tué notre bébé, tu n'as pas voulu me croire, j'suis pas un monstre, je n'ai pas fais exprès d'oublier" 


Il savait tout ça, il avait juste été surpris en écoutant cette vidéo, sous le choc s'était mal exprimé, mais c'était trop tard, elle le détestait à présent, et il avait effectué son bébé. Il avait tant envie de s'excuser mais elle nécessitait des soins urgents. Il se tut, la laissa partir avec le suédois. 


Quand il se retourna il vit la bande qui le regardait. Il allait devoir leur expliquer, passer à nouveau pour un monstre, faire ses bagages et partir... Divorcer de la seule femme qu'il n'avait jamais aimé après seulement un mois d'union officielle. Lui, comme elle, n'étaient pas faits pour être heureux... 
_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Ven 19 Jan - 14:33 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Chapitre 4 : Quand la vie s'acharne 



Hélène regardait tristement par la fenêtre lorsque le bruit d'une porte qui s'ouvre lui fit tourner la tête. Son regard vide se posa sur ses amies Bénédicte et Laly. 


Béné parla la première : 
- Hey... Ils nous ont dit pas plus de deux à la fois. Les garçons ont pensé que tu préférerais sans doute voir des filles...


Hélène haussa les épaules. 


- C'est pas faux... 


Puis elle se mit à pleurer, elle craquait enfin... 
- Mais pourquoi ? Pourquoi ? Qu'est ce que j'ai pu faire d'aussi horrible pour mériter ça ? Vous croyez que la haut on me punit car j'ai oublié mon premier bébé ? 


Laly intervint : - Mais non, non, ne dis pas ça, bien sûr que non ! Seulement, c'est le choc, je sais pas ma Hélène, tu sais que je crois à tout ça, c'est peut être une malédiction, qu'à chacune de tes grossesses il y'ait un choc qui te sépare de tes enfants, mais ce n'est pas de ta faute, quelqu'un qui ne t'aime pas t'a peut être jeté ce mauvais sort, mais c'est pas ta faute, faut pas dire ça... 


Béné soupira, excédée : - Mais n'importe quoi Laly, des malédictions, les sorcières et tout ça, ça n'a jamais existé ! Non mais ma Hélène, c'est terrible, mais tu as vécu un gros choc, et voila, ça ne peut s'expliquer que comme ça, c'est la vie, y'a des personnes pour qui ce n'est jamais rose, alors que ce sont des anges... Quoi qu'il en soit, ne doute jamais de toi, tu n'y es pour rien, et... Je suis sincèrement désolée pour toi... 


Laly - Moi aussi... 


Elles enlacèrent Hélène et ça fit du bien à la jeune femme qui libéra le reste de ses larmes, les doigts accrochées, agrippés aux vêtements de ses deux amies pour ne pas qu'elles la lâchent...


Ce fut un médecin qui fit partirent Laly et Bénédicte quelques minutes, annonçant qu'un Nicolas devait lui parler assez rapidement.  


Le blond entra et croisa les yeux humides de son ex. A la voir si fragile, si dévasté, son coeur se serrait...
Il n'y était pour rien cette fois ci, mais il se prenait de pleine face ce qu'il avait fait subir à Hélène par le passé... 


Nicolas : Je... Les filles t'ont dit ?


Elle secoua négativement : - Non. Je n'ai fais que pleurer. Qu'est ce qui se passe encore ?


- On... On a écouté l'enregistrement, Peter nous a fait écouter. On est au courant de tout. Je... Je ne m'étais jamais rendu compte que j'étais aussi crétin, aussi égoïste, je ne sais pas comment tu as pu me garder dans ta vie après tout ça... Mais maintenant je ferais tout pour te soutenir. Pardon... 


- Nicolas... J'ai toujours mis un point d'honneur à écouter les autres, à les comprendre, Sainte Hélène comme vous dites... Tu parles... J'aurais dû écouter ceux qui me disaient de penser à moi. Mais ça n'a jamais été ma manière de voir les choses. Tu m'as trompé, c'est vrai, mais tu ne pouvais ni savoir pour ma grossesse, ni pour la fausse couche, vu que je t'avais chassé... Et plus tard... Jeanne, le bébé qu'elle portait, j'ai voulu te comprendre. Et maintenant, maintenant c'est trop tard pour t'en vouloir, notre histoire est finie depuis longtemps et en amitié personne n'a rien à te reprocher... 


Il s'assit sur le lit et lui caressa les cheveux avec un tendre sourire : 


- J'te remercie, c'est bien de savoir qu'il y'a un domaine où je ne suis pas bon à jeter... 


Elle réussit à répondre un peu à son sourire. Mais elle se figea quand il vit que Nicolas arborait une expression grave. Elle devina. 


- Peter ?


- Il n'a pas voulu dire ça, il a juste été surpris, il a été maladroit, il ne savait juste pas que c'était possible qu'un pan de mémoire soit capable d'effacer la naissance d'un bébé. Il s'en veut terriblement, il te croyait, mais il n'a pas su s'exprimer, il était surpris... C'est d'autant plus cruel, je sais, que tu perdes ton bébé sur ce qui n'était qu'un malentendu... J'ai... On a essayé de le retenir, mais il dit qu'il est vraiment un monstre, qu'il a toujours été un monstre, que tu avais raison qu'il n'avait pas changé, on lui a dit que non, mais... En tout cas, rassure toi, il n'est pas seul, même si il est parti, Christian et José se sont portés volontaires pour ne pas le lâcher d'une semelle. Il ne fera pas de bêtises, il ne peut pas, on le surveille. Et Jimmy est parti les rejoindre en plus. 


- C'est bien... Mais je crois qu'il a eu raison de partir... 


- Non. Hélène... Tu lui en veux c'est normal mais...


- Non mais c'est pas ça... Nicolas, je l'aime, et je sais maintenant qu'il est dévasté, que j'ai perdu mon bébé juste car il s'est mal exprimé, mais c'est encore pire tu vois, et tout est détruit de toute façon, toute la magie de nos retrouvailles et de notre bonheur... Je ne suis pas faites pour l'amour, pour être maman. J'ai perdu deux enfants de lui, deux de toi. Je vais divorcer et retourner quelques temps en Ethiopie. La bas les enfants m'aiment et je les aime, et il n'y a personne pour me les arracher, ce ne sont pas les miens, je suis comme une tante, je reçois plein d'amour, de plein d'enfants différents qui ont besoin de moi. Ils me manquent, l'Ethiopie me manque... 


Nicolas se tut, il savait que quoi qu'il dise ce serait maladroit, il n'avait pas vécu la moitié des drames qu'elle avait connu. Il tenta un autre sujet et lui demanda si elle tenterait quand même d'aller en Australie pour retrouver son fils. 


La réponse fut rapide et catégorique : - Oui. Je commencerais par l'Australie. Mais je ne me leurre pas, il était prématuré, il a sans doute succombé comme ses frères ou sœurs, tous mes enfants meurent... 


Il eut mal. Elle semblait tellement résignée, tellement détruite, il jugea plus sage de ne pas répondre.
Il se leva et déposa un baiser sur son front : - Je serais toujours la pour toi, ne l'oublie pas. 


- Je sais. Merci Nicolas.
_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Sam 20 Jan - 15:02 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Chapitre 5 : Retour en Australie 



Trois semaines après le drame, la bande se trouvait à l'aéroport. 
C'était aussi la première fois depuis la perte du bébé qu'Hélène revoyait Peter. 


Il s'avança vers elle, un peu gêné. 
- Je te remercie d'avoir accepté que je vienne avec toi, je ne le méritais tellement pas. 


- Ne dis pas de sottises. Je sais que tu ne pensais pas ce que tu as dis, j'ai réagi au quart de tour car je me sentais coupable de l'avoir oublié, je me sens encore coupable, aucun choc au monde ne devrait faire oublier à une femme qu'elle est maman... Quand tu as dis ça, c'était comme si que tu me confirmais que j'étais un monstre, j'ai mal réagi, et... C'est ma faute pour le bébé. Enfin, celui qu'on vient de perdre. 


- Non, bien sûr que non. C'était comme ça, c'est tout, on n'a pas de chance, c'est tout, il y'a des gens comme ça. Mais on a encore une mission commune et on va se battre pour la réussir. Je sais, je me répète, mais je suis content que tu veuilles bien me revoir et que je t'accompagne... 


- Peter, je te l'ai dis, je n'ai pas à t'en vouloir, je t'ai pas laissé le temps de te remettre, j'étais en colère sur le moment c'est tout. 


- Pourtant, tu n'as pas voulu me voir avant aujourd'hui... 


- Pour des raisons différentes, qui ne comprennent pas la colère dedans. 


Elle n'eut pas le loisir de s'expliquer car déjà on annonçait qu'il était temps de rejoindre l'appareil en destination de Sydney. Frustré, il se joignit à Hélène pour dire au revoir aux autres, à ses amis qui ne l'avaient pas laissé tombé même quand il avait détruit son épouse, bien involontairement d'ailleurs. 


Il planta longtemps ses yeux dans ceux de José... 
- Merci, merci, sans toi je ne serais plus la aujourd'hui... 


Ce dernier, ému, râla pour la forme et murmura à son oreille : 
- Oh, hein j'étais pas tout seul à te tenir par ton costard ! 


- Oui, je remercierais aussi Christian bien sûr, mais tu étais le plus fort ! 


- En même temps t'as vu la taille de Christian, si il n'y avait que lui tu serais une crêpe à cette heure ci. 


Ils se sourirent, ce n'était pas un sujet à rire, mais ils se comprenaient, un humour à leur façon... 


Puis le couple embarqua. 


Peter put enfin poser la question qui lui brûlaient les lèvres. 


- Hélène, si tu n'as plus de colère, pourquoi tu n'as plus voulu me revoir ? Si tu ne m'aimes plus je peux comprendre tu sais. Mais j'ai besoin de l'entendre. 


Elle abandonna sa contemplation des paysages qui défilaient sous ses yeux et se força à lui faire face. 


- Je t'aime. Je t'aimerais toujours Peter. Je ne suis pas du genre à oublier mes sentiments d'un claquement de doigts comme la plupart des personnes savent le faire. Mais ce qui s'est passé a ruiné notre bonheur, notre amour. J'ai peur que ce soit pire si on s'obstine. Je crois que je ne suis pas faite pour aimer et être aimée. Alors il me fallait juste du temps pour avoir la force de te dire en face que j'ai peur que nous continuions nous deux... 


Il accusa le coup. 


- Je comprend. J'ai un peu pensé comme toi à vrai dire. Mais plus je me voyais divorcer de toi plus cette idée me devenait intolérable, comme si je n'aurais jamais la force de vivre sans toi. Ce jour la, sans José et Christian, en toute franchise je ne crois pas que je serais encore de ce monde... 


- Jimmy a dit que tu étais mal mais que tu tenais le coup... 


- Il est arrivé après la bataille, José et Christian ont vraiment eu peur tu sais, mais ils m'ont soutenu, dans tous les sens du terme d'ailleurs... 


- Comment ça ?


- Laisse. C'est du passé. Hélène, je... Après coup, avec le recul, je me suis dis qu'on pouvait encore tout reconstruire, on n'oubliera jamais ce petit bébé bien sûr, mais c'est un accident, ce n'est pas notre amour qui est en cause, tu... Tu veux vraiment qu'on divorce ?


- Peter, sois réaliste. Un premier bébé qui par je ne sais quel miracle arrive à venir au monde mais que j'oublie... Un autre bébé, un autre fiancé, une fausse couche. Un avortement. Ton retour et une fausse couche à nouveau. Il faut voir la réalité en face, mon destin n'est pas d'être une épouse et une mère. Je ne veux pas divorcer, je sais qu'on le doit, c'est tout, car si on s'obstine il y'aura de nouveaux drames, c'est ainsi.


- Très bien... 


Il marqua un silence, il aurait aimé la rassurer mais lui même malgré son envie d'essayer avait les mêmes craintes qu'elle. Il devait admettre qu'elle était plus forte que lui. Résigné, il se dit qu'elle avait raison, et que comme elle il resterait ensuite seul et tenterait de faire le bien pour d'autres enfants, pas ceux d'Ethiopie, afin de ne plus croiser le beau regard de celle qui était encore son épouse... 


Après des heures de vol, l'avion se posa enfin à Sydney.
Ils en descendirent, très fatigués. 
Mais Peter avait bien sûr fait en sorte de réserver deux chambres dans un palace.
Ils dormirent profondément, épuisés comme ils étaient, et se levèrent assez tard surtout qu'à la fatigue des événements s'ajoutait celui du décalage horaire... 


Ils se retrouvèrent dans le hall comme ils avaient convenu, et vu l'heure, Peter proposa un brunch, à mi chemin entre le petit déjeuner et le déjeuner à Hélène, qui accepta de bon coeur. 
Le fait d'être à Sydney, près de l'aîné de ses enfants, la où tout a commencé, avait eu l'effet d'un bain de Jouvence sur elle. 


Peter la trouva splendide avec son teint enfin reposé qui avait repris des couleurs, surtout qu'elle s'était légèrement maquillée pour se rendre au centre des adoptions, elle était incroyable, elle sentait bon, mais la où il fondit complètement c'était quand il la vit dévorer son menu. 
Il se sentait bien de la voir mieux. 


Ils se rendirent ensuite à l'adresse qu'on leur avait donné et la toute joie les quitta, ils n'étaient pas tristes non plus mais surtout anxieux. 
Ils avaient tous les deux espéré obtenir des réponses sur leur fils. Mais il se peut qu'il n'y ait rien à leur donner, aucune piste... 


Ils se regardèrent, soufflèrent pour se donner du courage, et ils entrèrent dans le bâtiment... 
_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Lun 22 Jan - 10:53 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Chapitre 6 : Tenir une piste 





A l’accueil on les orienta vers les archives. Une dame petite et ronde, brune, les cheveux mi longs un peu ondulés, très maquillée, avec des lunettes très larges et effilées, vient les chercher et ils expliquèrent la situation. 


- D'accord, comment s'appellait votre grand mère ? 


- Marthe Girard. 


- Quel est l'année de naissance de l'enfant ? 


- 1994.


La femme fouine dans de nombreux tiroirs pendant des minutes qui semblèrent des heures aux Watson, et soudain sort un papier. 


- Il y'a bien quelque chose. 


Hélène ne peut s'empêcher de se blottir contre Peter, la tension est palpable... 


- Alors j'ai quelque chose, il y'a deux documents, une naissance d'un petit garçon déclaré par une Marthe Girard le 12 avril 1994. Prématuré, 7 mois. A l'acte de naissance se joint un document que le jeune homme a laissé à sa majorité au cas où un jour vous le recherchiez. Il s'appelle Martin Hawkings. Il est étudiant en économie, enfin à l'époque où il laissé ce mot en tout cas, et vit, j'espère toujours pour vous, au domicile de ses parents, qu'il n'a plus. Il a perdu sa mère adoptive en 2008 dans un accident de la route. Son père est mort en 2011, de maladie. C'est ce dernier qui lui a appris qu'il avait été adopté, car il était stérile. Il fallait une greffe, et le papa adoptif a dû expliquer à son fils que ça ne servirait à rien, qu'il ne serait pas compatible. Il a laissé son adresse, au cas où. Je peux vous la donner, il est majeur et souhaitait visiblement vous retrouver lui aussi. 


Hélène ne s'était jamais senti heureuse, elle se frotta les mains et dû se retenir pour ne pas crier. 


- Oui, s'il vous plait, bien sûr qu'on veut l'adresse ! 


Ils ressortirent de la comme si ils étaient les personnes les plus heureuses de la planète. Hélène avait envie de danser. Un de ses petits était en vie ! Elle se rendait compte qu'elle avait voulu y croire, avec la peur au ventre, mais il était vivant, rien d'autre ne comptait !


Peter était sonné, il souriait béatement. Son fils en économie ! Une fierté et un amour immense l'envahirent. Mais ils devaient des explications à ce petit, à cet homme maintenant... Et la Peter espéra soudain que tout se passe bien, il ne supporterait pas un rejet, et Hélène, encore moins...


Dans la voiture que le millionnaire avait mis à leur disposition, il se tourna vers Hélène. 


- Je sais que tu veux y aller aujourd'hui, mais il faut qu'on discute d'abord, qu'on prépare ça, qu'on lui explique, on ne peut pas débarquer chez lui comme une fleur, j'ai vraiment envie de le voir, et vite, mais il aura un choc également, et je pense qu'il serait de bon ton de nous préparer à cette rencontre... 


Elle sembla déçue, elle perdit son sourire, soupira mais admit qu'il avait raison. 


Pour ne pas qu'elle ait trop de peine, il la fit aller dans les plus beaux endroits de la ville dont certains qu'elle reconnut immédiatement, et il passa devant la maison de sa grand mère, Hélène se rendit compte combien sa mamie lui manquait, mais c'était des souvenirs de joie qui remontait à la surface et ça lui fit du bien. Mais ce n'est pas tout ! Peter avait réservé une surprise de taille à Hélène, et le soir venu, elle dîna avec son père et Annette. Ces derniers lui annoncèrent qu'ils attendaient un bébé et la jeune femme se réjouit pour eux même si bien sûr elle aurait tout donné pour voir sa mère aux côtés de son père comme avant. 
Roger, qui pensait faire l'effet d'une bombe, se rendit vite compte que la nouvelle la plus surprenante venait d'Hélène. 
Il avait un petit fils ici à Sydney ! Il n'en revenait pas ! 


Il se demandait pourquoi sa mère ne lui avait jamais rien dit. Bien sûr qu'il fallait préserver Hélène, mais quand même, cette femme, sa maman, avait gardé un bien lourd secret... 


Ils se séparent mais Hélène promit bien sûr à son père de le revoir durant son séjour et de le tenir informé de chaque avancée concernant Martin... 
_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Mar 23 Jan - 15:36 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Chapitre 7 : Y croire à nouveau 



Un léger rayon de soleil filtrait à travers les rideaux de la chambre du milliardaire
Peter regardait dormir son épouse, elle était magnifique. 
Il n'avait jamais vu une femme avec un charme aussi naturel...
Il n'en revenait pas non plus d'avoir eu la chance de repasser une nuit avec elle...
Il avait si peur de sa réaction au réveil...
D'ailleurs, elle bougeait. 


Elle marmonna. Réalisa qu'elle reposait sur un torse masculin... 
Elle se redressa vivement, confuse.


- Oh... Je suis désolée, Peter, c'est ma faute... Pour cette nuit... On aurait jamais dû... 


Il sourit.
- En même temps je suis responsable aussi mais pas du tout désolé. Hélène, nous sommes impatients de voir notre fils, comment dormir après une journée comme hier... Tu as eu raison de venir me trouver, je ne dis pas ça à cause de ce qui s'est passé... Mais quelque part... Non oui, c'est vrai je suis heureux de ce qui s'est passé, mais aussi de tout ce dont on a discuté avant. 


- Oui il fallait que je parle, je suis désolée mais j'ai un fils vivant, je suis comme sur ressort depuis hier. Mais pour le reste, il ne faut pas, Peter, il ne faut plus... On était euphorique, on a bu hier tous ensemble avec papa et... Il y'a aussi nos sentiments. Mais ça ne change rien, on ne peut pas rester ensemble, nous sommes maudits tous les deux... 


- Pas forcément. J'ai réfléchi en te regardant dormir. Et avec  ce qui s'est passé cette nuit, notre union, notre symbiose, notre amour, je ne peux pas me résoudre à divorcer. 


Elle allait protester mais il lui posa l'index sur les lèvres. 
- Chut, je sais comment enrayer la malédiction et être heureux à tes côtés. On va adopter ! 


- Adopter ? Mais... Peter... On ne va pas y arriver, je te dis, je ne peux pas avoir d'enfants... Ils vont refuser toutes nos demandes...


- Pour l'adoption, tu n'en sais rien, on a jamais essayé. Ce serait le moment pour toi de recueillir ces enfants que tu aimes tant et qui deviendraient nos enfants. Et tu sais, je suis Peter Watson, les services d'adoption seront vite renseignés sur notre compte et je crois qu'on bénéficiera d'une bonne appréciation, financièrement je peux assumer mes enfants, et humainement ils verront que j'ai changé depuis Love Island, et que mon épouse est la personne la plus proche des Dieux qui puisse exister sur Terre ! 


- Tu exagères... 


- A peine... Laisse nous une chance ma chérie... 


Elle soupira et se laissa retomber contre le torse de son époux. 


- Je t'aime, Peter. Alors ce serait idiot de refuser, et ce serait merveilleux si ça marche. Mais si Martin veut rester avec nous, et ne veut pas des enfants adoptés ?


- Alors on fera comme il veut, on a déjà un enfant, et si il veut de nous, je ne veux pas le perdre. 


- Moi non plus. 


Ils s'embrassèrent et d'un commun accord ils se levèrent.
Ils ne refirent plus l'amour, ils n'avaient que trop profité de la nuit, et maintenant, maintenant ils voulaient surtout voir rapidement leur fils. 


Ils se douchèrent ensemble pour gagner du temps et profiter de leur complicité retrouvée, ils s'habillèrent, et ils décidèrent d'y aller en soirée, que Martin soit rentré de l'université. 


Au crépuscule, après une nouvelle journée d'excursion pour patienter, ils sonnèrent enfin à la porte du domicile de leur fils. En espérant qu'il y vive toujours... 


Un jeune homme ouvrit, en adoptant un regard neutre devant Hélène, mais en reculant face à Peter.
La ressemblance était frappante !!!! Il avait les mêmes traits que le milliardaire mais il avait les yeux et les cheveux d'Hélène. 


Le jeune homme laissa tomber son bras de la poignée et resta à les fixer... 
_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Mer 24 Jan - 11:29 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Chapitre 8 : Faire connaissance  



Martin regarda alors plus attentivement la femme se tenant devant lui. En l'étudiant mieux, en plongeant ses yeux dans ceux qui étaient identiques aux siens, il comprit que c'était bien sa mère et non une campagne lambda de son père. 
Sous le choc, incapable de parler, il leur fit signe d'entrer et s'effaça pour les laisser passer. 


Le couple pénétra dans une belle demeure, a mi chemin entre l'ancien et le moderne. Le garçon les suivit et parla enfin. 


- Vous pouvez vous asseoir si vous voulez. Souhaitez vous que je vous serve un thé, des gâteaux ?


Hélène le dévora des yeux, elle hocha positivement la tête, Peter prit la main de son épouse et sourit à son fils en guise d'accord. 


Le jeune homme revient alors quelques minutes plus tard avec des tasses fumantes et un assortiment de biscuits. Sans préambule, il dit simplement : "Racontez - moi." 


Hélène but une gorgée du breuvage brûlant et se lança. 


- Je m'appelle Hélène. Il s'appelle Peter. C'était il y'a 25 ans, j'étais de passage en Australie où vit une partie de ma famille paternelle. Je suis française. J'ai rencontré Peter sur une brève période, alors que j'étais en couple avec un autre garçon à l'époque. J'ai rompu pour me mettre avec ton père, mais au bout de seulement deux mois, Peter a dû partir, pour des raisons professionnelles. Notre histoire étant trop récente on a jugé plus sage d'en rester là. Mais j'étais enceinte et je ne le savais pas. J'ai retrouvé le petit ami que j'avais en France, et tout naturellement c'est reparti entre nous, si bien que quand je suis retournée en Australie, cette fois il est parti avec moi. J'ai fait un déni de grossesse, et j'ai accouché à une période où mon compagnon n'était pas la. J'ai très mal vécu cette situation, j'avais peur, j'étais tétanisée, j'ai fais une crise de panique, une perte de conscience. Ils ont demandé à ma grand mère si j'allais garder le bébé ou opter pour l'abandon sous x. Elle a été prise de court, mais me sachant avec un autre que ton père, et voyant mon état de panique, elle a peur de me forcer la main et a décidé, résignée, l'abandon sous x. Le choc a été tel, que quand j'ai repris conscience j'avais perdu toute la mémoire concernant ta naissance, un choc de l'organisme, qui se produit quand un événement est trop traumatisant... C'est en retrouvant ton père par hasard des années plus tard, et en retombant enceinte de lui, que j'ai senti que quelque chose n'allait pas. C'est une séance d'hypnose m'a rendu mes souvenirs... Si tu savais comme je suis désolée, Martin... 


Le garçon touillait sa tasse sans les regarder, il assimilait les raisons, il était tellement loin d'imaginer un tel scénario ! Il releva enfin la tête.


- Ce qui explique un nom aussi ancien sur l'acte qu'on m'a transmis quand je suis allé au centre... J'ai cru à une femme seule ayant accouché sur un tard... J'ai toujours pensé ça depuis que je suis allé au Centre. Et bien sûr j'ai aussi deviné que j'étais français, ou du moins en partie. Je parle cette langue, j'ai commencé à l'apprendre il y'a 6 ans quand j'ai su. J'ai toujours eu une faculté pour les langues, sans doute un héritage génétique du côté paternel, n'est ce pas monsieur Watson, le millionnaire qui voyage tellement ? 


Peter sourit : Je suis démasqué... 


Martin reprit en français et passa au tutoiement. 


- On disait à mes parents que je te ressemblais. Ils riaient jaune. Je souriais je trouvais ça flatteur, je pensais qu'ils étaient un peu jaloux, mais même eux n'ont jamais dû soupçonner que c'était toi, un milliardaire qui abandonnerait un enfant...  Moi non plus, je n'aurais jamais pensé... Ni pour l'identité de mon père, ni pour les raisons de mon abandon, c'est dingue cette histoire quand même ! Mais je connaissais le phénomène, mon père était chirurgien, il a déjà observé ça dans sa carrière. Je suis content de savoir enfin... 


Peter : - Nous sommes désolés pour tout ce que tu as vécu par notre faute, nous avons vu le dossier que tu as laissé à l'époque. Ton père t'a tout dis dans un moment critique, et tu n'avais plus ta mère... Tu es resté 6 ans dans le doute, et si Hélène et moi nous nous étions pas retrouvés, tu n'aurais jamais su, c'est terrible, vraiment, je suis désolé... 


Martin : - C'est rien. Je comprend. J'aurais aimé pouvoir vous en vouloir, mais vu les circonstances, je ne peux pas. J'avoue qu'à presque 25 ans je me disais que si vous aviez voulu me revoir, vous auriez sauté sur mon dossier dès ma majorité. Je me suis senti doublement abandonné sur le moment. Mais j'ai relativisé. J'ai eu les meilleurs parents du monde, et c'est eux qui me manquent chaque jour. Oh, je ne dis pas ça pour vous faire du mal ! Mais... C'est eux que j'ai connu. 


Hélène pleurait en silence, elle dit simplement : "Je comprend"


Peter était triste pour sa femme, mais reprit : - Et ton enfance ?


- Merveilleuse. Papa étant chirurgien, je n'ai manqué de rien, j'ai eu une éducation stricte mais aimante. Ma mère ne travaillait pas elle avait du temps pour moi et pour ma soeur, elle était bénévole dans de nombreuses associations. Papa m'a transmis l'importance d'un bon bagage scolaire, maman m'a transmis les valeurs pour être une bonne personne. 


Hélène sourit à travers ses larmes. En ces gens, elle reconnaissait son couple... Elle demanda : 
- Ta soeur ?


- Oui, après moi ils ont adopté une fille. Elle est morte avec maman, dans le même accident. 


Hélène murmura
- Mon dieu, mais quel horreur...


- J'avais 14 ans quand elles sont parties. 17 à la mort de papa. Heureusement financièrement j'ai pu continué mes études grâce à ce que j'ai hérité, mes études étaient tout ce qu'il me restait. Je crois qu'il est tombé malade car il ne s'est jamais remis de cette double perte. Il m'a toujours dis qu'il était resté pour moi, que j'étais vivant, qu'il devait rester pour moi... Mais sa maladie l'a fauché... J'ai encore ma tante, la sœur de papa. Elle a sa famille, ses enfants, mais elle m'aide pas mal.


Le jeune homme essuya furtivement une larme et changea de sujet pour ne pas craquer. 


- Et sinon, je n'ai jamais voulu faire médecine comme mon père. Quand on me comparait à toi, Peter, j'étais fier, je me voyais devenir riche, parcourir le monde et faire le bien grâce à l'empire que je me serais construit. La génétique a sans doute joué dans mon orientation professionnelle sans que je m'en doute... 


- J'espère Martin, j'espère. Je n'ai pas pu t'élever car je ne savais pas, mais sache que... Que je t'aime déjà plus que tout. Je sais que tu ne nous considéreras jamais comme tes parents, c'est normal, mais je suis vraiment fier de ce que tu es devenu, et je t'aime d'instinct, car tu es ma chaire et mon sang... 


Hélène approuva et dit : "Oh oui, moi aussi je t'aime déjà plus que tout, sois en assuré !" 


Martin sourit : "Je vous crois tous les deux. C'est les aléas de la vie qui ont voulu que ce soit comme ça. Je peux même pas vous en vouloir maintenant que je sais tout..."


Il y'eut un silence. Ils ne savaient plus quoi dire, l'émotion était de plus en plus palpable devant ces retrouvailles timide. Hélène proposa alors au jeune homme de lui montrer des photos de famille et il accepta, découvrant pour la première fois ses grand parents maternels, apprenant le décès de sa grand mère au passage, malheureusement. Il découvrit les visages de Justine, de Chloé, et de la fameuse Marthe qui avait dû prendre la décision de renoncer à son arrière petit - fils. 


Cette séance les mit plus à l'aise les uns envers les autres et Peter décida de tous les emmener au restaurant, et bien sûr Roger et Annette seraient de la partie. Il téléphona pour les inviter et le couple accepta avec un plaisir sincère. 
_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Ven 26 Jan - 11:22 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

Chapitre 9 : Retour en France  





Martin s'était tout de suite très bien entendu avec son grand - père, il avait énormément profité de ses parents biologiques durant le séjour de ces dernier et finalement, il allait même rentrer en France avec eux quelques temps.


L'Australie sera toujours son pays, sa vie était auprès de sa tante, de ses cousins, de ses amis, de ses études. Il n'allait pas tout quitter ce qu'il avait mais ça ne changerait rien au fait qu'il resterait en contact avec ses parents biologiques et viendrait les voir souvent. Cette fois, il allait en France avec eux car, en discutant avec Peter, le garçon et le milliardaire s'étaient rendus compte que pour le stage de fin d'études de Martin, ce dernier pourrait le faire en France, au sein de l'Entreprise de son père biologique. 


Le jeune homme était ravi, ça semblait évident mais il n'y aurait jamais pensé tant ça lui semblait trop beau d'avoir retrouvé ses parents biologiques. Il était heureux, comblé, et fier ! Fier, car dans sa classe, certains avaient eu la chance de trouver également des stages à l'étranger et c'était toujours un gros plus dans la vie professionnel de maîtriser les langues. 


Il était donc en France pour quelques mois, il fait connaissance avec la bande, avec sa tante Chloé à peine plus âgée que lui... Il était très proche de Julien, le fils que José avait eu avec Cathy. Son stage se déroulait à merveille. 


Un soir, alors qu'il rentrait d'une longue journée de travail avec Peter, Hélène les attendait. L'air grave.
Peter imagina de suite le pire, quel drame était il encore arrivé pour les empêcher d'être heureux ?
Martin, sans se soucier des craintes de son père, embrassa sa mère et s'assit. 


Peter rejoignit le jeune homme sur le canapé. Hélène sourit et leur tendit un papier, elle dit simplement, en s'adressant à son fils : 
- Tu étais d'accord, on en avait parlé, mais si ça te fait trop bizarre, tu peux te rétracter... 


Le papier indiquait qu'un frère et sa soeur risquaient d'être séparés, qu'en raison de leur souhait d'adoption, on avait pensé à eux, savoir si ils acceptaient de devenir les parents d'Erwan et de Gwen. 


Mentalement, Peter souffla. Il avait craint le pire...
Même si Martin refusait l'adoption, il n'allait pas perdre son fils ou sa femme. 
Mais son coeur était déjà rempli d'amour pour les deux adolescents qu'on voulait lui présenter. 


Heureusement Martin fut enthousiaste. Il dit à ses parents de foncer.
Qu'il serait plus que ravi d'être grand frère à nouveau, que la vie lui avait pris une soeur, qu'il n'allait pas en refuser une autre et un frère en prime. 
Mais il s'étonnait que les démarches soient aussi rapides, cela ne faisait que 4 mois qu'ils étaient revenus d'Australie. 


Peter lui expliqua qu'il n'aimait pas mettre sa fortune en avant, mais que pour faire le bien il n'hésitait pas à y mettre du sien.
Et que sa fortune avait joué la dessus, mais qu'il assumait, car c'était pour la bonne cause. 


La nuit tomba et Hélène se colla langoureusement contre le torse de son époux, en lui demandant si après Erwan et Gwen, il serait d'accord pour un bébé cette fois. 
Peter embrassa le front de son épouse et lui répondit que bien sûr ! Et même pour un cinquième enfant par la suite si elle le voulait bien, mais qu'après le bébé, ils feraient une pause pour s'occuper de tout ce petit monde.


Puis, il la saisit dans ses bras, la fit rouler sous lui, et Madame Watson se laissa faire de bon gré.
Quand ils eurent finis, elle sourit en entendant la respiration de Peter devenir régulière. 
Elle sourit. Posa la main sur son ventre... 
Elle avait passé la barre fatidique des 4 mois cette fois. Les risques de pertes devenaient plus faibles.
Mais elle n'osait pas encore y croire...


Le bébé avait été conçu en Australie lors de sa folle nuit avec son mari.
Le fait qu'elle soit dans une période heureuse, et en ayant retrouvé son premier bébé, ça avait peut être joué pour que tout se passe bien.
Mais elle avait tellement peur... 


Bénédicte et Laly l'avaient accompagné au gynécologue aujourd'hui, Hélène avait préféré confié ses doutes à ses meilleures amies.
Elle était terrifiée depuis qu'elle avait reconnu les symptômes.
Mais jamais une échographie ne s'était déroulé aussi bien pour elle !
Elle avait vu un beau bébé de 4 mois, plein de vie, un coeur qui battait bien, il était bien placé.
Il était juste un peu tourné, impossible donc de connaître le sexe du bébé, mais elle s'en fichait. 
En sortant la brésilienne lui avait pris la main, et lui avait dit que cette fois tout irait bien.
Si seulement... 


Hélène réveilla Peter. Elle avait peur... Mais elle devait se mouiller. 
- Peter, pour le bébé... Je suis terrifiée tu sais... Il... Je ne te parlais pas d'une adoption. Il est déjà la. 


Elle posa la main de Peter sur son ventre et il comprit. Il se figea. 
- Depuis... Depuis com... Combien de temps ?


- Un peu plus de 4 mois. Conçu en Australie. C'était ma première échographie, j'avais des doutes, j'avais peur, j'ai demandé aux filles... S'il te plait ne m'en veux pas. 


Peter était déçu de ne pas avoir assisté à la première échographie mais quelque part il comprenait Hélène. 
- Ce n'est pas grave. Je comprend. Ecoute... Je... Je peux t'assurer que je suis le plus heureux des hommes mais... J'arrive pas à le montrer. J'ai peur aussi. 


Elle se blottit contre lui.
- Si tu savais comme je te comprends. On m'a préconisé du repos, il semble allait parfaitement bien, mais vu mon âge, du repos, que du repos. 


- Ah ça Madame Watson, je peux t'assurer que tu en auras, on ne prendra aucun risque ! Mais, ce qu'on a fait tout à l'heure ?


- On peut. Doucement, comme on a fait. 


Il embrassa alors longuement Hélène mais ne voulut pas lui refaire l'amour.
Maintenant qu'il savait, aucun risque ne serait pris... 
_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Volcania59
Auteurs confirmés
Auteurs confirmés

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2013
Messages: 1 478
Localisation: Dunkerque

MessagePosté le: Sam 27 Jan - 16:35 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2) Répondre en citant

EPILOGUE 



Finalement la grossesse d'Hélène s'était bien passée, elle avait enfin pu vivre ce beau moment sans stress et sans drame, et ça avait joué pour que tout se passe bien. Et aujourd'hui on fêtait le baptême de la nouvelle arrivante.
Elle s'appelait Erika et aux yeux d'Hélène c'était sans doute le plus beau de tous les bébés du monde. 
Ce prénom était celui de la mère adoptive de Martin. Un hommage qu'ils avaient tenu à faire à leur aîné.
Laly disait, et pensait sincèrement, que cette dame s'était réincarnée pour être auprès de Martin et que si Hélène avait un autre bébé ce serait la réincarnation de la soeur adoptive du jeune homme. 


José secouait gentiment la tête en levant les yeux au ciel, puis il fit une bise à la brésilienne avant de se rendre près de Nicolas qui regardait la famille Watson avec un étrange sourire aux lèvres. 


- Oh, ça va pépère ?


- Je n'ai jamais été aussi bien. Regarde comme elle est heureuse, regarde ce petit être potelé mais mignon comme tout ! Admire comme Peter et elle ont l'air seuls au monde, ils irradient l'amour et le bonheur, ça me fait plaisir de voir ça tu sais... 


- Sans aucune jalousie ?


- Non. Au début. Peut être. Je me demandais si j'avais merdé... Oh oui, j'ai merdé, mais en fin de compte, c'était peut être pour que ça se termine comme ça pour eux deux. Je n'ai jamais été celui qui lui fallait, on l'a tous cru, vous tous plus que nous même mais ça prouve bien que ce n'était pas du tout ça. Tu sais, avec le temps j'ai appris à aimer Marie comme elle le méritait. C'est sûr, ce n'est pas Hélène. Ni Jeanne. Mais tu sais ce qu'on dit mon vieux, le temps c'est de l'amour... Ecoute... Je vais demander Marie en mariage. Je sais que c'est la bonne, le reste c'est les démons du passé qui me freine un peu. Elle est parfaite avec moi, et c'est la seule depuis longtemps qui me fasse aller si bien...


- Je te souhaite d'être heureux mon Nico, avec ta femme. C'est une magnifique nouvelle ! Et fais lui un petit, ce serait bien que cette fois ce soit une femme que tu aimes vraiment qui te fasses un enfant. 


- En fait, le petit est déjà en route. C'est aussi ça qui me rend si heureux en ce jour, mais chut, on est la pour un baptême, tiens ta langue je ferais ma super annonce un autre jour... 


José félicita Nico et trinqua avec son ami et ils admirèrent le couple que les trois aînés avaient rejoint. Quelle jolie famille aux couleurs de l'amour...
Erwan, Gwen qui tenait sa petite soeur...
Martin avait terminé son stage depuis longtemps mais était revenu d'Australie pour l'occasion.
Avec son ami Julien ils avaient mille choses à se raconter, les déboires sentimentaux de l'un qui en riait, la toute récente petite amie de l'autre... 


Peter regardait sa femme, ses filles... Il tenait Erwan par l'épaule et sourit à Martin qui venait les rejoindre.
Hélène lui mit la petite Erika entre les bras. 


Le jeune homme souriait, combien d'enfants abandonnés avaient la chance de retrouver leurs vrais parents et d'avoir un frère ou une soeur des mêmes parents... Il s'en sortait bien. Deux familles, deux pays, une petite amie, un avenir professionnel tout tracé puisque Peter insistait pour qu'il travaille au sein de son entreprise, peu importe que ce soit en France ou en Australie... 


Roger profita que sa fille ne tenait plus le bébé pour l'inviter à danser. Il lui dit à quel point il était heureux et fier d'elle. 


Plus tard dans la soirée, Martin appela pour la première fois ses parents "papa" et "maman" en leur souhaitant bonne nuit... 
_________________


Merci ma Zel Smile


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:37 (2018)    Sujet du message: Secret australien (saison 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dreams, hope and reality Index du Forum ->
Fanfictions sur la quadrilogie "Hélène et les Garçons"
-> • » SHORT STORY -> Tout Public -> Fictions Volcania59
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky